« Mort aux cons » de Carl Aderhold

Résumé autour de notre deuxième lecture commune « Mort aux cons » de Carl Aderhold lors de la troisième réunion de club de lecture L’île aux livres/ Alille.com qui a eu lieu le 26 avril 2011

Clairement lors de cette réunion deux clans se sont affrontés, ceux qui ont beaucoup apprécié le bouquin et ceux qui n’ont pas du tout accroché (certains ne l’ont même pas fini…).

Un bouquin qui n’a visiblement laisser personne indifférent.

Les partisans du « C’était TROP bien »:

– C’est une oeuvre très fluide, avec une écriture intelligente qui permet facilement de rentrer dans l’intrigue.
La prose de l’auteur donne au final un livre très abordable qui permet au lecteur de se poser la question sur le pouvoir, et ce que l’on en fait sur/contre les autres.

– C’est aussi une aventure qui permet un questionnement intérieur :qui n’a jamais un jour abusé de son pouvoir sur autrui ?
Qui n’a jamais eu envie de faire du mal, de punir quelqu’un ?
Qui n’a jamais rêver d’aller étrangler son voisin qui vous réveiller tous les dimanches matin à coup de perceuse?

– Ce roman permet de se plonger avec bonheur dans la transgression, de voir se ce que peut procurer le pouvoir de faire mourir autrui pour un oui pour un non.

– Le fait que l’auteur est rapproché la quête de son tueur en série à celui du chercheur.
l’exitation de l’expérimentation,
la vérifications des hypothèses,
les variables parasites,
les doutes de la recherche,
les visées philanthropiques
l’envie de rester dans l’histoire,

– Un livre qui permet aussi de bien comprendre les rouages et les mécanismes de la folie chez le personnage principal.
Au final un vrai con qu’on adore detester ( un peu comme le docteur Cox de Scrubs  ou Sue Sylvester de Glee )

– Un humour noir très desprogien qui peut plaire à certains d’entre nous.

Les partisans de « Non c’est pas possible »

– Un découpage de l’intrigue trop morcelé (notamment avec les « remarques ») qui peuvent perturber la lecture.

 Un manque d’originalité dans les meurtres, et un manque de mordant.
Sur plus de 100 pages, les executions se suivent, se répètent et se resemblent au point qu’on s’y perd un peu.

-Une incohérence scénaristique, comment un homme dans le monde réel peut perpétrer autant de meurtres sans être inquiété ?
il a forcément laissé des indices ( empreintes, balles etc.)
on en vient à douter de la compétence de la police française…

– Un personnage principal au final pas du tout attachant imbus de lui même, antipathique.
On aurait préféré quelqu’un de plus de plus humain à la Dexter.

Si il y avait une chose à retenir ce serait ce passage:

 » Convaincu mais confus, contrit et content à la fois, confit un peu aussi, contrarié surtout…Encore aujourd’hui, le contre-coup, le contre-choc devrai-je dire, de cette considérable constatation me consterne.
Comment n’y avais-je pas songé plus tôt ? Les Cons ! Que de conjectures incongrues, que de contretemps contre-productifs et autres contrevérités malheureusement pour en arriver là ! Confondant ! Inconcevable !
Confontré à ce constat si évident, j’aurai volontier congratulé Larivière pour son concours concluant, et fêté de concert avec elle la consécration de mon combat. Je me consolais en pensant qu’on se confronte toujours au concret avant de comprendre le concept. »

Nous avons clôt cette rencontre par les mots du Général de Gaulle qui lors ce qu’il a entendu dans une foulle en colère « Mort aux Cons » à simplement répondu : VASTE PROGRAMME !

Et vous avez vous lu ce livre?

Qu’en avez vous pensez ?

Résumé proposé par Lilith

Publicités

Ce que j'en pense ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s