« Les contes de crimes » de Pierre Dubois

Résumé de la 20ème lecture commune du club de lecture l’île aux livres , rencontre du 11.02.13

« Les contes de crimes » De Pierre Dubois.

Pierre Dubois, conteur, écrivain et eflicologue de métier a eu en 2009 l’idée de sortir un peu de son étude du « petit peuple ». Cela afin d’offrir à ses lecteurs un roman beaucoup moins bucolique et beaucoup plus ancré dans notre présent.

« Les Contes de crimes » sont rassemblés sous la forme d’un recueil de nouvelles regroupant les grandes figures féeriques de notre enfance, comme Cendrillon, Rapunzel, le Petit Chaperon Rouge, Peter Pan ou Blanche Neige et d’autres contes populaires un peu moins connus … traités sous formes d’énigmes policières.

L’avis général des lecteurs du club:

Dès les première pages, nous avons constaté avec plaisir que M. Dubois ne manquait pas de référentiel. Tous les codes des contes de fée sont respectés et Monsieur est à son affaire lorsqu’il s’agit de poser le décor. Connaissant par cœur les arcanes de ce genre, il amène le lecteur exactement là où il veut. Et cela sans oublier de nous offrir à lire de grandes d’envolées poétiques pour créer son univers féerique. Une créativité débordante, une musicalité propre, au service des plus sinistres desseins des protagonistes de ses nouvelles.

Son génie réside dans sa façon de nous emmener très loin de l’image édulcoré  et aseptisé des contes qui nous sont donnés à voir actuellementIl prend ainsi un malin plaisir à détourner l’histoire de base et à passer nos héros au vitriole pour servir à ses lecteurs des histoires policières noires et glauques.

Cela a été vraiment très jouissif pour les lecteurs de voir écorner les images Disney. Ainsi le Prince n’a plus rien de charmant puisqu’il devient un prédateur sexuel, Peter Pan tourne psychopathe et le Petit Chapon Rouge est glaçante en manipulatrice sanguinaire... Et au final on en revient aux fondamentaux. Car le conte n’a pas toujours été une guimauve rose à paillettes ! Il n’était pas là pour éblouir les enfants, mais plutôt une sorte de leçon de chose, d’avertissement fait à tous. Et en effet les formes originelles sont aussi crues et cruelles que celles qu’on retrouve dans ce recueil.

Cette lecture nous a donc collée des frissons dans le dos, tant les intrigues étaient servies avec brio. Pour certains participants ce génie du Mal s’approche de celui de la grande Agatha Christie. En tout cas les histoires proposées sont plus que rock&roll et pourraient être très bien portées à l’écran tel que !

Cependant ce coup de cœur n’a pas été partagé par tous les lecteurs du club. En effet Pierre Dubois ne semble pas avoir tout le temps la plume légère.

Le véritable point faible des « Contes de crimes » semble résider dans la construction même du recueil de nouvelles. Lors de notre découverte il nous a semblé qu’elles n’étaient pas toutes de même facture.

L’inégale qualité des productions de M. Dubois pose question et dérythme énormément la lecture. Ce qui est dommage car certaines nouvelles sont vraiment abouties, notamment toutes les enquêtes de Marmaduke (Peter Pan ayant récolté la quasi unanimité des lecteurs du club).

Adepte des figures de styles alambiquées et des envolées lyriques obscures, Monsieur Dubois alourdit plus qu’inutilement sa prose. Et c’est bien dommage car il en arrive à  submerger son lecteur jusqu’à l’écœurement totale et certains membres du club sont ressortis de ce recueil véritablement saoulés de mots. Le récit aurait certainement gagné en sobriété.

En effet les références sont trop nombreuses et trop pointues (notamment par rapport au folklore anglo-saxon). Sans parler des néologismes et des descriptions incompréhensibles qui ont perdus beaucoup de nos lecteurs. Et en voyant ses frisottis littéraires, certains ont sont venus à de demander si ce gentil Monsieur n’avait pas un peu abusé des champignons lors de ses ballades en forêt.

Il est difficile de conclure autour de ce livre tant les avis ont divergé dans notre groupe de lecture entre les amoureux des belles tournures et les adeptes de la sobriétéBref un recueil à consommer avec volupté mais modération, comme un bon vin. Pour les aficionados, il est à noter qu’un autre tome de nouvelles est disponible: « Les comptines assassines ».

Si il fallait ne retenir qu’un passage:

« Il était une fois une damoiselle rose et rousse dotée de tous les avantageux apanages propres aux vraies princesses – celles à qui un petit pois glissé sous cent matelas, en leur dormant, torture la peau de lys. Elle passait ses jours, comme il se doit, à ne rien faire de ses dix doigts, sinon se mirer, se coiffer, se manucurer. Ou bien, la mode n’étant plus au teint d’ivoire et veines bleues, à bronzer au bord de ses piscines et toutes les nuits à sortir en boîte.

A dire vrai ce n’était pas sa pantoufle qu’elle abandonnait aux douze coups du clair de Lune ! »

Envie d’autres avis ?

La chronique de Dawn

La chronique de Demoiselle Coquelicote

Et vous avez vous dévoré ce livre ?

Votre avis nous intéresse, n’hésitez pas à le partager ici !

Résumé proposé par Lilith

Publicités

4 réflexions sur “« Les contes de crimes » de Pierre Dubois

Ce que j'en pense ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s