» Oscar Wilde et le jeu de la mort » de Gyles Brandreth

Résumé de la 30ème lecture commune du club de lecture L’île aux livres du 28/02/14

Quel personnage déroutant et excentrique cet Oscar Wilde!
Figure du dandysme et de la sophistication par excellence, il est encore aujourd’hui l’auteur, outre manche, le plus sulfureux qui est jamais existé .

Sous la plume de Brandreth, l’auteur célèbre va revêtir une nouvelle casquette, celle de détective. En effet dans cette série de 6 volumes il met en scène depuis 2007 Oscar Wilde et de nombreuses autres célébrités victoriennes dans des romans d’énigmes ( un genre baptisé le Whodunit).
Dans cet opus, le 2ème de la série, le célèbre écrivain  va devoir découvrir qui est à l’origine de la mort de plusieurs de ses amis. Tous avaient, quelques jours auparavant, participé dans la résidence des Wilde à un jeu des plus macabre, « Le jeu de la mort ».
Flanqué de ses fidèles et célébrissime amis, Wilde va mener l’enquête avec plus de zèle que jamais. Car lui même et sa femme ont participé à ce jeu funeste.

517Ulpn1wrL

Le ressenti du groupe:
Gyles Brandreth, met tout en oeuvre pour nous entraîner dans ce roman de détection. L’élégance et l’humour « so british » font de ce roman, un livre amusant et agréable à parcourir.

On raffole de pouvoir traverser les rues de ce Londres victorien très réaliste, où l’on croise les figures historiques auxquels nous avons un attachement certain.
Il est vraiment très plaisant de pouvoir plonger dans l’univers des romanciers qu’on aime. On s’imagine très bien commander « a cup of tea », entouré du célèbre Anthur Conan Doyle et discuter des dernières aventures de Sherlock, ou de disserter peinture avec Walter Sickers.

Le début de l’intrigue est rondement mené. Le choix de mettre en place un « Jeu de la mort » qui prend réellement vie, est une idée très ingénieuse. Les morts  inexplicables s’enchaînent à un rythme soutenu et les déductions holmesiennes font tout l’attrait de ce livre à suspense.

De plus pour les lecteurs qui ne connaissent que peu la vie d’Oscar Wilde, ce livre est une vraie mine d’informations. Tous les détails de sa vie y sont relatés de façon fidèle, mais sans être ni trop scolaire, ni trop rébarbative. Parfois même on se demande si l’écrivain ne nous mène pas un peu en bateau (par exemple avec l’anecdote tragique sur la vie des sœurs Wilde). Le romancier n’a de cesse de faire des clin d’oeils à la richesse de l’Histoire littéraire londonienne de l’époque.
On y retrouve un Oscar plein de panache, d’esprit, impertinent qui retranscrit parfaitement l’esprit du personnage réél. A tel point qu’il en devient parfois vaniteux, pédant et exécrable, tout comme le vrai.

Par contre ce roman semble cumuler pas mal de défauts rédhibitoires.
Tout d’abord, cette ode sans fin au génie d’Oscar Wilde finit par lasser le lecteur. Tout ce qu’il fait ou dit est encensé, porté au nu par ces groupies inconditionnelles. Tout au long de l’histoire,Oscar Wilde semble omniscient et omnipotent. Plus troublant encore on en arrive à croire que chaque protagoniste est amoureux de l’écrivain. Même si c’est amusant dans les premiers chapitres, tout cela devient très rébarbatif au final.
Et nous n’évoquons là que la figure du personnage principal… Que dire du malheureux narrateur, Robert Sherard, qui est tellement insipide que certains d’entre nous ont même oublié jusqu’à son nom. Le personnage dénué de toute personnalité, véritable marionnette au main du célèbre homme de théâtre, semble sans valeur ajoutée, mis à part pour remettre une belle couche de vernis sur le lustre d’Oscar Wilde.

Malheureusement il y a une vraie rupture dans l’avancement de l’intrigue. Faute de suivre les pérégrinations de l’enquête, le lecteur se perd dans les flottements du milieu du roman.
L’ensemble manque de surprise, les mécanismes propres au Whodunit ne se mettent pas en place. Les déductions, soient disant logiques, sont capillotractées et n’emportent pas l’adhésion de la plupart de nos lecteurs.

A mis chemin entre la parodie et la repompe, nos fidèles ont eu du mal à adhérer au second degrés cette oeuvre.
Même si ce roman avait un vrai potentiel, il n’est pas abouti. La fin, décevante, laisse de très nombreux habitués perplexes.
Pourquoi ne pas avoir joué le jeu jusqu’au bout et avoir tué [ATTENTION SPOIL] le Temps et Eros ?
Au final, on se demande si cet ouvrage à sa place dans la collection « Grands détectives« …?

Si il fallait ne retenir qu’un passage:
« – Vous êtes extraordinaire, Oscar. Vous ne cessez de m’émerveiller. Vous savez que je compte faire figurer dans une de mes histoires, dans le rôle du frère aîné de Sherlock Holmes ?
– Oui, vous me l’avez dit. Si ma mémoire est bonne, ce sera un personnage pansu et indolent. Je suis flatté. »

Pour conclure:
Un pastiche plutôt agréable à découvrir, mais qui peut agacer les entichés du genre.

Envie d’autres avis :

L’avis de Dawn

Le retour de Cassi

Le retour de nos sorcières

Résumé proposé par Lilith

Publicités

Ce que j'en pense ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s