« Merci pour les souvenirs » de Cecelia Ahern

Résumé de la 38ème lecture commune de
« Merci pour les souvenirs », 20/11/2014

Résumé du livre :

Après un accident qui a bouleversé sa vie et détruit son mariage, Joyce Conway ne doit la vie qu’à une transfusion sanguine. Mais des phénomènes étranges commencent à se produire. Elle se souvient de choses qu’elle n’a pas vécues. Elle peut parler des heures durant des rues pavées et sinueuses de Paris, ville qu’elle n’a jamais visitée, ou disserter sur l’architecture baroque. Et, toutes les nuits, elle rêve d’une petite fille aux cheveux blonds. Dès lors, Joyce n’aura plus qu’un but : découvrir à tout prix qui lui a donné son sang, dans l’espoir de comprendre ce qui lui arrive. Et retrouver le charmant Américain dont elle a fait la connaissance le jour de sa sortie de l’hôpital. Un roman plein d’esprit, profondément humain, qui vous fera rire, pleurer et réfléchir sur ce qui fait la beauté de la vie.

mercipourlessouvenirs_couv

Quelques mots sur le livre :
Merci pour les souvenirs
(titre original : Thanks for the memories) est une romance contemporaine de Cecelia Ahern, publié en Irlande en 2009.
Il s’agit du 6ème roman de l’irlandaise sur 9 dont 7 traduits et publiés en France.

L’avis du club de lecture :
Le club de lecture L’île aux livres a découvert pour sa 38ème lecture commune, une auteur contemporaine irlandaise .

Commençons tout d’abord par aborder la catégorie de ce livre classé en général en romance contemporaine.
En bien, pour certains de nos membres, ce roman n’est pas une romance justement.
Il n’y a pas vraiment de couple, puisque Joyce l’héroïne cherche justement Justin tout le long de l’histoire. Il est donc ressorti de cette lecture qu’il s’agit donc plutôt de la relation entre une fille et son père qui est mise en avant, plutôt que le côté idylle romantique entre un Américain vivant à Londres et une jolie Irlandaise.
C’est donc pour le groupe d’une petite déception.
De plus la fin ouverte peut laisser certains de lecteurs sur leur faim.

 « Merci pour les souvenirs » n’a pas la structure conventionnelle d’une comédie romantique.
Ce schéma narratif a surpris à la fois en bien et en mal nos lecteurs.Les histoires montées en parallèle Joyce/Justin, Joyce/Henri ont parfois trop déroutées les membres du club, qui ont eu l’impression de passer trop brusquement et souvent d ‘une relation à une autre.

Le gros point positif est la justesse des sentiments.
La relation père fille entre Henri et Joyce est remplie de tendresse et de vérité. Les rôles de ses personnages sont inversés, c’est lui qui a besoin d’elle, comme s’il retombait en enfance et c’est elle qui le materne.
Certains membres du club ont apprécié la justesse des relations, la tendresse développées entre les personnages, les instants de la vie comme elle se passe en général. Avec toutefois, une réserve pour les autres membres quant à la situation vécue par Joyce.
Les lecteurs ont dans l’ensemble tous apprécié Joyce et son parcours. Elle vit la situation comme on pourrait s’y attendre dans ce type de comédie, entre suspicion de folie, de démence, et excitation mélangée à de l’appréhension.

Henri est un révélateur. Il permet à sa fille de comprendre qu’il faut profiter de la vie avant qu’il ne soit trop tard. Savoir apprécier les petites choses, arrêter de courir, profiter.
Cet aspect qui a ravi une grosse partie des lecteurs, en a lassé d’autres.
Ce personnage pourtant doué d’un humour apprécié est pour certains trop envahissant. Henri est trop présent et en fait « trop ».

Nos membres n’ont étrangement pas beaucoup évoqués les personnages secondaires ou même Justin. Manque d’intérêt pour ses personnages ? Oubli ?
En tout cas, ceci est assez révélateur du fait que la relation, le couple Joyce / Justin n’est pas au premier plan dans cette histoire.
Une de nos membres a aussi relevé le côté malsain de cette expérience. Justin est-il attiré par Joyce pour ce qu’elle est vraiment ou bien parce qu’il se reconnait en elle (puisqu’elle a acquis une partie de ses connaissances)
Cette dernière dispose des connaissances sur l’Art et de souvenirs de Justin suite à une transfusion sanguine. Concernant le côté « fantastique » dans cette histoire de souvenirs transmis par la mémoire de sang, il y a les septiques et les utopiques. Ceux qui ont butés sur ce phénomène scientifiquement impossible et ceux qui pensent qu’il peut quand-même y avoir quelque chose de vrai, du moins de l’espoir, dans ce type de phénomène, quelque peu « paranormal ».
Pour nos lecteurs parfois ce savoir acquis est trop accentué, elle connait trop de choses. Ils ont regretté que cela ne soit pas plus dosé.
Toutefois ce coté irrationnel à permis aux lecteurs de découvrir Dublin ses éléments culturels et architecturaux .

Il a été presque unanimement relevé que l’auteure est très douée pour montrer  le bon côté de la vie en débutant notamment son récit par une tragédie personnelle.
Toutefois ils sont également mitigés sur l’auteure dont les récits pour certains sont trop convenus,qui met en avant trop de scène de la vie quotidienne, pas forcément crédible .Une auteure peu convaincante pourquoi raconter le quotidien de ces personnages, est-ce intéressant ? Une auteure qui possède un côté agaçant dans la façon de construire des histoires bien trop ancrées dans la réalité : où est la part de rêve ?
Alors qu’au contraire pour les autres lecteurs, c‘est une auteure coup de cœur, qui joue avec la romance, et en fait quelque chose d’autre, plus intime, plus juste, plus vrai. Une auteure qui rend ses personnages profondément humains, qui arrive à faire rire, sourire, pleurer le lecteur, avec un message simple un petit côté « développement personnel » :il faut savoir s’arrêter parfois et regarder. L’écriture peut faire écho à nos situations personnelles, on s’en souvient de temps en temps, comme un mantra.
En conclusion:
Deux styles de lecteurs s’opposent : ceux qui voulaient lire une romance et qui n’y ont pas vraiment trouvé leur compte.
A découvrir si vous voulez sortir du schéma conventionnel de la comédie romantique.
Si il fallait ne garder qu’un passage:
 » Un voile est suspendu entre les opposés, un simple chiffon transparent pour nous alerter ou nous réconforter. Vous détestez, maintenant, mais regardez à travers ce voile et vous verrez une possibilité d’amour, vous êtes triste maintenant mais regardez de l’autre côté, vous verrez le bonheur. Une maîtrise totale, le chaos absolu. Le changement se produit si vite, en un clignement de paupières. »

Envie d’autres avis:

Dawn

La tête dans les étoiles

Publicités

Une réflexion sur “« Merci pour les souvenirs » de Cecelia Ahern

Ce que j'en pense ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s