« La mort s’invite à Pemberley » de P.D James

Résumé de la 39éme lecture commune du club de lecture « L’île aux livres » le 17/12/14 « La mort s’invite à Pemberley » de P.D James

Quelques mots sur le livre:
« La mort s’invite à Pemberley » est un roman policier historique dont l’intrigue se situe au début du XIXe siècle et reprend les personnages et le contexte du fameux « Orgueil et préjugés » de J. Austin

La Mort d'invite à Pemberley de P.D. James

Résumé :
Rien ne semble devoir troubler l’existence ordonnée et protégée de Pemberley, le domaine ancestral de la famille Darcy, dans le Derbyshire, ni perturber le bonheur conjugal de la maitresse des lieux, Elizabeth Darcy.
Mais cette félicité se trouve soudain menacée lorsque, à la veille du bal d’automne, un crime polluant les ombres de la vénérable demeure, auquel est mêlé un personnage peu recommandable au charme duquel Elizabeth elle-même n’avait pas été insensible par le passé.

L’avis du club:

Nos lecteurs ont émis un avis assez unanime et assez tranché par rapport à cette lecture commune car pour quasi l’ensemble des membres c’est une grosse déception. Non seulement la magie de Pemberley n’agit pas, mais en plus l’intrigue est trop molle pour être prenante .

En effet on ne retrouve absolument pas ce qui fait la force et le panache de nos personnages préférés, même si il y a beaucoup de clins d ‘oeil à « Orgueil et préjugés ».
L’auteur peine à faire revivre ces figures emblématiques du XIXeme siècle. On retrouve bien les allées enchanteresses du château, mais c’est à peine si on entrevoit l’ombre de Darcy et d’Elizabeth.
Ce ne sont que de pales reflet et malheureusement l’emprunt austinien n’apporte aucune valeur ajoutée à l’ensemble bien au contraire.

De plus l’intrigue est très répétitive, manque de finesse et les rebondissements restent très convenus.Même si l’enquête semble vraisemblable, l’auteur insiste trop sur certains détails de sorte que le lecteur sent le dénouent venir. Ce qui donne au final un policier très plat, très consensuel et sans aucune surprise d’aucune sorte.
L’épilogue est éprouvante et à coté de la plaque. Nos lecteurs n’ont vraiment pas compris l’intérêt de la lettre de Darcy à sa femme.

En prémisse, l’auteur s’excuse même auprès de J.Austine pour cette « outrage » qu’elle fera subir aux héros.
Si c’est pour commencer un ouvrage par un lettre d’excuse, nous nous sommes demandé si poursuivre l’écriture en valait vraiment la peine.
« La mort s’invite à Pemberley » ressemble vraiment à une commande de la part de l’éditeur, plutôt qu’à l’œuvre d’un génie de la littérature policière. La « Reine du crime » aurait sans doute mieux fait de s’abstenir sur cette malheureuse récupération.

Si il ne fallait retenir qu’un passage:

« La paix et la sécurité de l’Angleterre dépendent de l’existence de gentlemen vivant dans leurs demeures en bons propriétaires fonciers et en bons maîtres, attentionnés à l’égard de leurs domestiques, faisant la charité aux pauvres, et prêts, en qualité de juges de paix, à jouer un rôle actif en assurant la paix et l’ordre au sein de leurs communautés. Si les aristocrates français avaient menés pareille existence, il n’y aurait jamais eu de révolution. »

Pour conclure:

Un exercice de style raté. A éviter, même (et surtout) si vous voulez tenter de prolonger le plaisir « Orgueil et préjugés ».

Envie d’autres avis:

L’avis de Dawn
Le retour de Coq sur le livre
Le retour de Coq sur la série BBC
L’avis de Cassi

Publicités

Ce que j'en pense ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s