État

Résumé de la 57ème réunion du club de lecture

Résumé de la 57ème rencontre du club de lecture Lille aux livres

du mardi 18 octobre 2016 !

Cette réunion était sous le signe d’Halloween avec une sélection d’ouvrages sur ce thème. Même si pour certains cela a été source de difficultés,  13 ouvrages furent tout de même présentés ! Nous remercions les membres du club d’avoir si bien joué le jeu !

 

Présentation des livres :

Bird box de Josh Malerman
Éditions Le Livre de Poche, 384 pages, 7,30€, présenté par Anaïs ;

La plupart des gens n’ont pas voulu y croire, les incidents se passaient loin, sans témoins…
Depuis qu’ils sont nés, les enfants de Malorie n’ont jamais vu le ciel. Elle les a élevés seule, à l’abri du danger, sans nom, qui s’est abattu sur le monde. On dit qu’un coup d’œil suffit pour perdre la raison, être pris d’une pulsion meurtrière et retourner sa violence contre soi. Elle sait que bientôt les murs de la maison ne pourront plus protéger ses petits. Alors, les yeux bandés, tous trois vont affronter l’extérieur, et entamer un voyage terrifiant sur le fleuve, tentative désespérée pour rejoindre une colonie de rescapés. Arriveront-ils à bon port, guidés seulement par l’ouïe et l’instinct ?
Un climat de tension habilement instauré, qui vous fera sursauter au moindre bruit.

Des nouvelles de l’au-delà de Ji Yun
Éditions Folio, 144 pages, 2€ présenté par Marie ;

Ce petit recueil diabolique nous entretient d’un monde fort différent du nôtre, celui de la Chine ancienne avec ses croyances et superstitions touchant aux spectres, démons, apparitions, disparitions, possessions et autres bizarreries semblant émaner directement de l’au-delà. Pendant des décennies, Ji Yun (1724-1805) rassembla maintes anecdotes étranges, rapportées par d’innombrables voyageurs, marchands, bandits errant par les landes et forêts hantées de revenants. Ces histoires d’une concision remarquable sont d’une étonnante variété et se lisent avec délectation.
L’arbre d’Halloween de Ray Bradbury

Éditions Folio SF, 176 pages, 6.50€ présenté par Anne ;

Lorsqu’ils frappent à la porte de Montsuaire pour réclamer des bonbons, Tom et ses copains déguisés en zombies ne savent rien de ce qui les attend… Commence alors un fabuleux voyage dans l’espace et le temps… Une quête fantastique et poétique des origines d’Halloween…
« Tout a commencé quand ? En Égypte, il y a quatre millénaires, pour célébrer l’anniversaire de la mort du soleil ? Ou des millions d’années plus tôt, devant les feux nocturnes allumés par les hommes des cavernes ? Ou dans le ciel de Paris, là où d’étranges créatures sont venues se pétrifier pour devenir les gargouilles de Notre-Dame? » –Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.
 

Lestat le vampire  de Anne Rice
Éditions Pocket, 608 pages, 8.00€, présenté par Patrick ;

Vampire impie, qui ne croit ni en Dieu ni au diable, ivre d’amour et de sensualité, résolu à découvrir les mystérieuses origines de ses semblables, Lestat se lance dans une quête effrénée qui va nous transporter du Paris de Louis XV à l’Égypte ancienne pour nous amener aujourd’hui à San Francisco où, devenu chanteur de rock, il lance un défi suprême aux « puissances des ténèbres ». Fresque épique, mélodrame flamboyant et superbe roman de terreur, riche de l’héritage de la littérature populaire, « Lestat le vampire » bouscule les genres et les conventions pour nous offrir l’un des très grands livres de ces dernières années.

Dix petits nègres d’Agatha Christie
Éditions Livre de Poche Jeunesse, 320 pages, 5.50€ présenté par Maïa ;

Dix personnes apparemment sans point commun se retrouvent sur l’île du Nègre, invités par un mystérieux M. Owen, malheureusement absent. Un couple de domestiques, récemment engagé, veille au confort des invités. Sur une table du salon, dix statuettes de nègres. Dans les chambres, une comptine racontant l’élimination minutieuse de dix petits nègres. Après le premier repas, une voix mystérieuse s’élève dans la maison, reprochant à chacun un ou plusieurs crimes. Un des convives s’étrangle et meurt, comme la première victime de la comptine. Une statuette disparaît. Et les morts se succèdent, suivant le texte à la lettre. La psychose monte. Le coupable se cache-t-il dans l’île, parmi les convives ?
Une poignée de personnages admirablement campés, une ambiance tendue, un suspense à couper le souffle et une fin complètement inattendue… La reine de crime nous livre ici un classique de la littérature policière ! –Sophie Colpaert –Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

La dame n°13 de Jose Carlos Somoza
Éditions Acte Sud, 559 pages, 10.70€, présenté par AnneSo ;

Un suspense fantastique allié à un sens du rythme magistral.
Toutes les nuits, un professeur de lettres fait le même rêve : dans sa grande maison à colonnes blanches, une femme hurle à la mort et l’appelle à l’aide.. « Vous qui entrez, laissez toute espérance. »
Nous voilà aux portes de l' »Enfer ». Dante et ses pairs se mettent au service maléfique de treize sorcières du verbe et l’art de la poésie devient la plus cruelle des armes.
La n° 1 invite; la n° 2 surveille; la n° 3 punit; la n° 4 rend fou; la n° 5 passionne; la n° 6 maudit; la n° 7 empoisonne; la n° 8 conjure; la n° 9 invoque; la n° 10 exécute; la n° 11 devine; la n°12 connaît.
Elles sont toujours treize, mais on n’en cite que douze. Ne jamais se risquer, même en rêve, à parler de la dernière… .

– De fièvre et de sang de Sire Cédric
Éditions Pocket,608 pages, 7.80€, présenté par Rose ;

Ils semblent se nourrir de sang. Leurs victimes sont retrouvées exsangues. Eva Svärta et le commandant Vauvert viennent enfin de mettre un terme aux agissements des frères Salaville. Mais les meurtres continuent, défiant toute logique.
Les talents d’Eva, policière albinos dotée d’un instinct hors normes, vont la conduire aux frontières de la rationalité. Là où, à tout instant, les ténèbres menacent de s’ouvrir sous vos pieds, où votre propre reflet dans le miroir pourrait vous engloutir, où la part d’ombre qu’Eva porte en elle causera sa perte ou lui sauvera la vie…

–  La pendule d’Halloween de John Bellairs
Éditions Gallimard Jeunesse, 224 pages, 6.70€, présenté par Oscar;

En venant habiter chez son oncle, Kévin ne s’attendait pas à se retrouver en compagnie de magiciens… ni à vivre dans une maison hantée ! Toutes les nuits, le tic-tac d’une mystérieuse pendule se fait entendre ; sans doute un sortilège de l’ancien propriétaire, adepte de magie noire. Bien d’autres événements étranges se succèdent, mais lorsque Kévin ressuscite un mort pendant la nuit d’Halloween, l’atmosphère devient franchement inquiétante…

Shining de Stephen King
Éditions Le Livre de Poche, 576 pages, 7.90€, présenté par Betty ;

Quand on propose à Jack Torrance, ancien professeur et ancien alcoolique, un poste de gardien pour l’hiver à l’hôtel Overlook dans les montagnes du Colorado, il croit tenir là une chance de se racheter aux yeux de sa famille. Il s’y installe avec Wendy, sa femme, et leur fils Danny, en espérant profiter de cette occasion pour écrire la pièce de théâtre qui le révélera au monde.
Mais les démons de l’hôtel trouvent en Jack une proie presque trop facile pour poursuivre leur oeuvre de mal, et il faudra le courage et le sixième sens étrange de son fils pour sauver in extremis ce qui pourra l’être. Car Danny possède ce don de lumière de même que l’ancien cuisinier de l’hôtel, Dick Hallorann, et la conjugaison des deux fera reculer les forces du mal. Pendant un certain temps…
Porté à l’écran par Kubrick avec Jack Nicholson dans le rôle principal, Shining est avant tout l’histoire de la lente déchéance d’un homme rongé par la haine.

Sortilèges de Michel de Ghelderode
Éditions Gallimard, 238 pages, 8.00€, présenté par Rémi ;

 » C’est dans ce cabaret sonore et enfumé que la Mort entra, un jour… Il y eut un souffle polaire qui m’enveloppa, comme le vent d’une aile. Je me trouvai mal à l’aise, soudainement, pris de frissons et de vertige. Voyant toute chose en noir et blanc, j’eus un besoin d’air frais, et je sortis vacillant dans un silence subit, refusant l’aide de Léonard, qui devait me croire ivre. A la rue, je sentis le trottoir se dérober sous mes pas et j’allais m’effondrer, lorsque je fus redressé par une poigne solide.  » A travers les douze contes, curieux et sombres, qui composent ce recueil, Michel de Ghelderode recrée l’univers de ses pièces de théâtre ; on y retrouve ce même esprit, cette même couleur. Avec un sens poétique indéniable, il aborde les thèmes qui lui sont chers : obsession de la mort et hantises métaphysiques, et mêlant l’imagination, la fantaisie et le rêve, il mène le lecteur dans les tréfonds des ténèbres, là où se trouvent fantômes, masques grimaçants et autres monstres…

Les furies de Boras d’Anders Fager
Éditions Pocket, 384 pages, 7.80€, présenté par Nicolas ;

Monstre tentaculaire, dieux anciens et femmes fatales chuchotent à votre oreille, s’immiscent dans votre esprit. Avides de vie, de sang et de chair. Inutile de leur résister, leur charme trompeur parle à vos instincts les plus primitifs.
Ces créatures contre-nature hantent les marais ou parcourent les villes, se dissimulent sous terre ou se parent des atours les plus séduisants. Dangereuses, elles vous emportent de votre plein gré aux portes de l’horreur. Votre perte en paraît plus douce. Vous laisserez-vous tenter ?
« Il se passe des choses curieuses dans les campagnes du sud de la Suède… Les Furies de Borås serait un peu série Z si Anders Fager n’avait de l’humour noir et un talent… monstre. » Arnaud Gonzague – Le Nouvel Observateur
« Le Suédois glace le sang sans effets de manches. » Alexis Brocas – Le Magazine littéraire
Comparé à Stephen King dans ses œuvres les plus sombres, à John Ajvide Lindqvist sous stéroïdes ou au maître de l’horreur H.P. Lovecraft, Anders Fager, né en 1964, vit à Stockholm. Ex-dyslexique, ex-punk, ex-geek, il a fait paraître entre 2009 et 2011 trois recueils de contes d’horreur, dont Mirobole a publié en 2014 une première sélection, Les Furies de Borås.

Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe
Éditions Le Livre de Poche, 285 pages, 3.90€, présenté par Simone ;

Voilà une femme étranglée par la force des mains, et introduite dans une cheminée, la tête en bas. Des assassins ordinaires n’emploient pas de pareils procédés pour tuer. Encore moins cachent-ils ainsi les cadavres de leurs victimes. Dans cette façon de fourrer le corps dans la cheminée, vous admettrez qu’il y a quelque chose d’excessif et de bizarre, – quelque chose d’absolument inconciliable avec tout ce que nous connaissons en général des actions humaines, même en supposant que les auteurs fussent les plus pervertis des hommes.  » Aucun homme… n’a raconté avec plus de magie les exceptions de la vie humaine et de la nature ; – les fins de saisons chargées de splendeurs énervantes ; – l’hallucination convaincue et raisonneuse comme un livre ; – l’absurde s’installant dans l’intelligence et la gouvernant avec une épouvantable logique  »
(Baudelaire).

Nouvelles, tome 1 : 1950-1953 de Richard Matheson
Éditions J’ai lu, 475 pages, 8.20€, présenté par Anne-Gaëlle ;

Quand Richard Matheson entre en littérature, le fantastique entre, lui, dans l’âge de la modernité : évacué le surnaturel gothique, l’effroi désormais s’immisce dans les plus infimes recoins du quotidien. Et ce avec un talent littéraire a nul autre pareil : d’une tranchante concision, d’une variété narrative et formelle exceptionnelle, d’une richesse thématique impressionnante, la « marque » Matheson fait naître une nouvelle vision de la terreur, névrotique, angoissante et délicieusement teintée d’humour macabre…

Sera à lire pour la prochaine rencontre :

Les furies de Boras d’Anders Fager
Éditions Pocket, 384 pages, 7.80€, présenté par Nicolas ;

 picklejar_cover_notitle4_sml

Monstre tentaculaire, dieux anciens et femmes fatales chuchotent à votre oreille, s’immiscent dans votre esprit. Avides de vie, de sang et de chair. Inutile de leur résister, leur charme trompeur parle à vos instincts les plus primitifs.
Ces créatures contre-nature hantent les marais ou parcourent les villes, se dissimulent sous terre ou se parent des atours les plus séduisants. Dangereuses, elles vous emportent de votre plein gré aux portes de l’horreur. Votre perte en paraît plus douce. Vous laisserez-vous tenter ?
« Il se passe des choses curieuses dans les campagnes du sud de la Suède… Les Furies de Borås serait un peu série Z si Anders Fager n’avait de l’humour noir et un talent… monstre. » Arnaud Gonzague – Le Nouvel Observateur
« Le Suédois glace le sang sans effets de manches. » Alexis Brocas – Le Magazine littéraire
Comparé à Stephen King dans ses œuvres les plus sombres, à John Ajvide Lindqvist sous stéroïdes ou au maître de l’horreur H.P. Lovecraft, Anders Fager, né en 1964, vit à Stockholm. Ex-dyslexique, ex-punk, ex-geek, il a fait paraître entre 2009 et 2011 trois recueils de contes d’horreur, dont Mirobole a publié en 2014 une première sélection, Les Furies de Borås.

La prochaine réunion :

La 58ème réunion aura lieu la semaine du 21 au 25 novembre 2016.
Voici le Doodle qui vous permettra de spécifier vos disponibilités : ICI.

Vous pouvez retrouver le fonctionnement du club de lecture : ICI. (Menu de gauche « FAQ »). N’hésitez pas à nous contacter via le blog ou la page Facebook si vous avez des questions.

À bientôt  ! 

Résumé par Betty

Publicités

Ce que j'en pense ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s