État

Résumé de la 78ème réunion du club de lecture

Résumé de la 78ème rencontre du club de lecture Lille aux Livres du jeudi 8 novembre 2018 !

Pour cette réunion du mois de septembre, nous étions 18 à nous retrouver à la librairie Les Quatre Chemins ! Encore une fois, la littérature et la nourriture furent à l’honneur.

Présentation des livres :

La Tresse – Laetitia Colombani
Éditions Grasset, 7€20, présenté par Cassiopée ;

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Et tu trouveras le trésor qui dort en toi – Laurent Gounelle
Éditions Le livre de poche, 7.40€, présenté par Emilie ;

Alice, une jeune femme dynamique et audacieuse, retrouve son ami d’enfance, Jérémie. Devenu prêtre de campagne, il lui confie être accablé par le faible nombre de fidèles. Athée et conseillère en communication, Alice se met en tête de l’aider… à sa manière. Amenée par la force des choses à se plonger dans le monde de la spiritualité, du christianisme à l’hindouisme, du taoïsme au bouddhisme, elle va alors découvrir une vérité universelle. Une vérité concernant l’homme et la clé de son épanouissement, passée sous silence par les religieux, perdue au fil des siècles…

Cueilleuse de thé – Jeanne Marie Sauvage-Avit
Éditions Charleston, 8.99€, présenté par Stephanie ;

Au Sri Lanka, l’ancien Ceylan, Shemlaheila est cueilleuse de thé dans une plantation. Depuis dix ans déjà, elle ploie sous les lourds sacs de feuilles de thé et sous le joug des contremaîtres, mais, à l’aube de ses vingt ans, la jeune femme a d’autres rêves. Elle est bien décidée à partir, à échapper à la condition de celles qui, dans les théiers et dans les maisons, sont au service des hommes. Elle ne sera pas cueilleuse de thé toute sa vie, comme sa mère, comme toutes ces femmes asservies qui n’ont d’autres horizons que les interminables rangées de théiers…
Du Sri Lanka à Londres, à la découverte d’un pays complètement différent du sien, Shemla va découvrir une autre culture, d’autres personnes et surtout d’autres envies. La cueilleuse de thé qu’elle a toujours été choisira-t-elle de revenir au pays, ou de se créer une nouvelle vie ?

La Divine Comédie – Nagai Go
Éditions Black Box, 10.99€, présenté par Morgan ;

Découvrez le grand classique de Dante Alighieri, et sa vision de l’enfer et du paradis, dans une adaptation manga de Go Nagai, inspirée des illustrations de Gustave Doré…

Albie Bright : les mondes multiples – Christopher Edge
Editions Hatier, 11.95€, présenté par Marina ;

Quand Albie perd sa mère, une scientifique de renom, atteinte d’un cancer, il éprouve le besoin irrépressible de savoir où elle est partie.
Passionné d’atomes et de trous noirs, son père lui laisse entendre qu’elle est peut-être encore vivante dans une dimension parallèle. Il ne reste plus qu’à la retrouver en partant explorer les mondes multiples. La science quantique permettrait-elle de réaliser ses désirs les plus chers ?
C’est ce qu’Albie va tenter d’élucider à travers cette quête cosmique et familiale.

Messieurs les ronds de cuir – Georges Courteline
Éditions Flammarion, 4.90€, présenté par Oscar ;

La cigarette jaillie des dessous de la moustache et les cuisses baignées de pénombre, celui-ci semait des signatures, pour ampliations conformes, au bas d’arrêtés ministériels. De sa dextre bien soignée, il les étendait, griffes d’empereur, sur la demi-largeur du papier, puis immédiatement, les séchait, le bloc-buvard secoué, en sa main gauche, du tangage précipité d’un petit bateau qui va sur l’eau.
Le chef entra, vint droit à lui, s’arc-bouta de ses doigts aux minces filets de cuivre qui cerclaient l’acajou de la table, et posa cette question bien simple :
– Je viens savoir de vous, monsieur, si la Direction des Dons et Legs est une administration de l’Etat ou une maison de tolérance

La Serpe – Philippe Jaenada
Éditions Julliard, 8.90€, présenté par Rose ;

Un matin d’octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n’est constatée. Dépensier, arrogant, violent, le jeune homme est l’unique héritier des victimes. Deux jours plus tôt, il a emprunté l’arme du crime aux voisins. Pourtant, au terme d’un procès retentissant (et trouble par certains aspects), il est acquitté et l’enquête abandonnée. Alors que l’opinion publique reste convaincue de sa culpabilité, Henri s’exile au Venezuela. Il rentre en France en 1950 avec le manuscrit du Salaire de la peur, écrit sous le pseudonyme de Georges Arnaud.
Jamais le mystère du triple assassinat du château d’Escoire ne sera élucidé, laissant planer autour d’Henri Girard, jusqu’à la fin de sa vie (qui fut complexe, bouillonnante, exemplaire à bien des égards), un halo noir et sulfureux. Jamais, jusqu’à ce qu’un écrivain têtu et minutieux s’en mêle…
Un fait divers aussi diabolique, un personnage aussi ambigu qu’Henri Girard ne pouvaient laisser Philippe Jaenada indifférent. Enfilant le costume de l’inspecteur amateur (complètement loufoque, mais plus sagace qu’il n’y paraît), il s’est plongé dans les archives, a reconstitué l’enquête et déniché les indices les plus ténus pour nous livrer ce récit haletant dont l’issue pourrait bien résoudre une énigme vieille de soixante-quinze ans.

L’homme qui aimait les chiens – Leonardo Padura
Éditions Métailié, 9.50€, présenté par Sophie ;

En 2004, Ivan, écrivain frustré, responsable d’un misérable cabinet vétérinaire de La Havane, revient sur sa rencontre en 1977 avec un homme mystérieux qui promenait sur la plage deux lévriers barzoï. « L’homme qui aimait les chiens » lui fait des confidences sur Ramon Mercader, l’assassin de Trotski qu’il semble connaître intimement. Ivan reconstruit les trajectoires de Lev Davidovitch Bronstein, dit Trotski, et de Ramon Mercader, alias Jacques Mornard, de la Révolution russe à la guerre d’Espagne, jusqu’à leur rencontre dramatique à Mexico. Sa propre vie dans Cuba en crise, qu’il raconte en parallèle, résonne alors étrangement. Dans une écriture puissante, Leonardo Padura raconte l’histoire du mensonge idéologique et de sa force de destruction sur la grande utopie révolutionnaire du XXe siècle ainsi que ses retombées actuelles sur la vie des individus, en particulier à Cuba.

Il est parmi nous – Norman Spinrad
Éditions J’ai lu, 11€, présenté par Anthelme ;

Ralf est-il un comédien venu du futur nous alerter sur les dangers auxquels nous exposons nos descendants en persistant à polluer notre planète, comme il le prétend ? Ou bien un allumé sorti de nulle part décidé à faire carrière dans le show-business en adoptant un gimmick douteux? Qu’importe, Texas Jimmy Balaban, agent d’artistes sur le retour, flaire la bonne affaire et il n’est pas homme à se poser des questions métaphysiques. Tant que son poulain assure le prime time, tout roule. Mais pour Dexter Lampkin, l’auteur de science-fiction chargé d’écrire les textes du  » Monde selon Ralf « , et Amanda Robin, son coach new age, les choses ne sont pas aussi simples. Et si ?

Petits Suicides entre amis – Arto Paasilinaa
Éditions Folio, 8.30€, présenté par Cindy ;

 » SONGEZ-VOUS AU SUICIDE ? Pas de panique, vous n’êtes pas seul. Nous sommes plusieurs à partager les mêmes idées, et même un début d’expérience. Ecrivez-nous en exposant brièvement votre situation, peut-être pourrons-nous vous aider. Joignez vos nom et adresse, nous vous contacterons. Toutes les informations recueillies seront considérées comme strictement confidentielles et ne seront communiquées à aucun tiers. Pas sérieux s’abstenir. Veuillez adresser vos réponses Poste restante, Bureau central de Helsinki, nom de code  » Essayons ensemble « .  » Deux suicidaires se retrouvent fortuitement dans une vieille grange où ils souhaitaient partir tranquilles. Entravés dans leurs funestes projets, ils se mettent en tête de rassembler d’autres désespérés pour monter une association. Commence alors, à bord d’un car de tourisme flambant neuf, un périple loufoque mené à un train d’enfer, des falaises de l’océan Arctique jusqu’au cap Saint-Vincent au Portugal pour un saut de l’ange final. Un récit désopilant doublé d’une réflexion mordante sur le suicide.

Chez eux – Carole Zalberg
Éditions Phébus, 6.70€, présenté par Camille ;

La petite Anna a six ans quand elle quitte la Pologne pour la France avec sa mère. Elle ne comprend qu’à demi ce qui se trame autour d’elle mais devine tout de même que la vie ne sera plus aussi belle qu’avant. On est en 1938, puis en 1939. Arrive une guerre. Quelle guerre ? Autour d’elle les grandes personnes parlent des « étrangers », des « Juifs ». Elle ne se sent pas concernée. Mais bientôt il faut se séparer des siens, se cacher – c’est la guerre. On met Anna à l’abri chez des paysans de la Haute-Loire. Des gens qui travaillent dur et ne disent rien. Elle aussi apprend à se taire : à la ferme, à l’école. Un jour un monsieur à chapeau vient parler devant la classe. Il demande s’il y a des enfants « étrangers ». L’institutrice – elle s’appelle Cécile Tournon – répond que non. Le monsieur à chapeau interroge Anna, qui apprend ce jour-là qu’on ne doit pas tout dire.
Nil – Lymme Matson

Éditions PKJ, 17.90€, présenté par Julien ;

Charley se réveille sur une île somptueuse qui ne figure sur aucune carte. Elle y survit tant bien que mal avant de rencontrer Thad, le leader du clan des humains présents sur Nil.
Il lui apprend la vérité, glaçante : pour quitter cet enfer paradisiaque, il faut trouver une des portes qui apparaissent au hasard sur l’île …
Il n’y en a qu’une par jour. Une seule personne peut l’emprunter. Pire encore, les adolescents n’ont qu’un an pour s’échapper. Sinon, c’est la mort.
Le compte à rebours a déjà commencé…
L’enfant bleu – Henry Bauchau

Éditions J’ai Lu, 6.90€, présenté par Rémi ;

L’enfant bleu, c’est Orion, un garçon psychotique âgé de 13 ans dont les médicaments peinent à apaiser les crises. Véronique, psychothérapeute dans un hôpital de jour parisien, va entrer dans l’imaginaire de cet enfant pour essayer de lui rendre la paix. Elle devine sa richesse, sa sensibilité extrême, et va le guider, avec patience et passion, vers l’expression artistique. Henry Bauchau explore ici, avec sa tendresse de poète et sa passion d’écrivain, la frontière entre art et folie.
Troupe 52 – Nick Cutter

Éditions Denoël, 8.00€, présenté par Nicolas ;

Une fois par an, le chef scout Tim Riggs emmène un groupe d’adolescents sur Falstaff Island, en pleine nature canadienne, pour trois jours de camping. Et rien de tel qu’une bonne histoire de fantômes et le crépitement d’un feu de joie pour faire le bonheur de la joyeuse troupe. Mais lorsqu’un individu émacié, qui semble tout droit sorti d’un film d’horreur, débarque sur leur camp, réclamant de la nourriture, le séjour vire au cauchemar. L’homme n’a pas seulement faim. Il est malade. Un malade comme ils n’en ont jamais vu… et dangereux avec ça. Coupée du reste du monde, la troupe va devoir affronter une situation bien plus terrible que toutes les histoires inventées autour du feu. Pour survivre, ils devront combattre leurs peurs, les éléments, et se confronter à leur pire ennemi, eux-mêmes. A mi-chemin entre Sa Majesté des mouches et 28 jours plus tard, ce thriller qui a fait pâlir d’angoisse Stephen King en personne vous plongera au coeur des ténèbres, à la frontière de la folie.
Pourquoi pas nous? – Becky Albertalli / Adam Silvera

Éditions Hachette, 16.90€, présenté par Morgane ;

  «  *Want to give me a second chance here, universe? * »
  Arthur est à New York pour l’été, en attendant de savoir s’il va être reçu à Yale. Lorsqu’il croise le chemin de Ben dans un bureau de poste, c’est le coup de foudre. Il y voit un signe du destin.
  De son côté, Ben doute que le destin soit de son côté  : il vient de rompre avec son petit ami, Hudson, et n’est pas vraiment prêt pour une nouvelle relation.
  Pourtant, ni l’un ni l’autre ne parviennent à oublier cette première rencontre.
  Au fil des rendez-vous, les deux garçons se rapprochent, jusqu’à ce qu’Arthur découvre que Ben, toujours ami avec Hudson, préfère se confier à son ex-petit copain. Arthur est dévasté. Il est persuadé que son amour est à sens unique. Il leur faudra le soutien de leurs amis pour dépasser les malentendus afin de mieux se retrouver.
Au cœur des ténèbres – Joseph Conrad

Éditions Flammarion, 7.90€, présenté par Sylvain ;

Au coeur des ténèbres, la nouvelle la plus célèbre de Conrad, est le récit d’une descente aux enfers. Officier de la marine marchande britannique, le jeune capitaine Marlow part à la recherche de Kurtz, un chasseur d’ivoire qui a disparu dans la brousse africaine. A mesure que Marlow remonte le fleuve Congo pour retrouver ce personnage au sujet duquel circulent d’étranges rumeurs, il s’aventure dans les ténèbres : celles d’une nature hostile où, loin de toute civilisation, résonnent les cris inquiétants des sauvages » ; celles de l’âme humaine, dont la noirceur n’a d’égal que le mystère. Au-delà de la peinture d’une triste réalité coloniale dont Conrad fut le témoin, ces pages d’une sombre magnificence, qui ont inspiré le film Apocalypse Now de Francis Ford Coppola, sondent la part obscure qui sommeille en chacun de nous, et questionnent le rapport de l’homme au mal.

Sera à lire pour la prochaine rencontre :

 

Petits suicides entre amis de Arto Pasilinna
Éditions Folio, 8.30€, présenté par Cindy ;

 » SONGEZ-VOUS AU SUICIDE ? Pas de panique, vous n’êtes pas seul. Nous sommes plusieurs à partager les mêmes idées, et même un début d’expérience. Ecrivez-nous en exposant brièvement votre situation, peut-être pourrons-nous vous aider. Joignez vos nom et adresse, nous vous contacterons. Toutes les informations recueillies seront considérées comme strictement confidentielles et ne seront communiquées à aucun tiers. Pas sérieux s’abstenir. Veuillez adresser vos réponses Poste restante, Bureau central de Helsinki, nom de code  » Essayons ensemble « .  » Deux suicidaires se retrouvent fortuitement dans une vieille grange où ils souhaitaient partir tranquilles. Entravés dans leurs funestes projets, ils se mettent en tête de rassembler d’autres désespérés pour monter une association. Commence alors, à bord d’un car de tourisme flambant neuf, un périple loufoque mené à un train d’enfer, des falaises de l’océan Arctique jusqu’au cap Saint-Vincent au Portugal pour un saut de l’ange final. Un récit désopilant doublé d’une réflexion mordante sur le suicide.

 

 

 

 


La prochaine réunion :

Notre prochaine rencontre aura lieu le jeudi 6 décembre 2018.

 


 

La réunion sera une séance spéciale Noël ! Chaque année, à cette période de l’année nous fêtons Noël à notre façon et bien sûr avec des livres.

noel

La réunion se déroule à peu près comme d’habitude, si ce n’est qu’on fera un échange de cadeau ou plus précisément de livres ! De plus, nous vous proposons de ramener en plus des sucreries : gâteaux, biscuits, bonbons…

Toutes les personnes inscrites à la prochaine réunion devront ramener un livre, d’une valeur d’environ 7-8€, pour l’offrir à quelqu’un. Vous pouvez l’emballer et l’accompagner d’une petite carte si le cœur vous en dit pour que l’échange ait un peu plus de charme.

sapin-livres

Chaque personne piochera le nom d’un participant et offrira son livre à la personne sélectionnée. Ainsi, tout le monde repartira avec un nouveau livre à ajouter à sa bibliothèque.

Bien évidemment, nous vous demandons de jouer le jeu si vous vous inscrivez. Cette réunion ne pourra se dérouler parfaitement que si toutes les personnes inscrites s’engagent à ramener un livre à offrir.

Merci beaucoup !

 


 

Vous pouvez retrouver le fonctionnement du club de lecture : ICI. (Menu de gauche « FAQ »). N’hésitez pas à nous contacter via le blog ou la page Facebook si vous avez des questions.

 

À bientôt  !

 

Résumé par Sylvain

Publicités
État

Résumé de la 76ème réunion du club de lecture

 Résumé de la 76ème rencontre du club de lecture Lille aux livres du 29 août 2018 !
Pour cette réunion du mois d’août, nous étions 18 à nous retrouver à la librairie « Les Quatre Chemins » pour profiter dans la bonne humeur de la nourriture et des discussions autour de nos lectures !
Merci à tous d’avoir répondu présent !

Voici l’ensemble des livres qui ont été présentés durant la réunion :

– L’Atelier des Sorciers de Shirahama Kamome
Pika Edition– 208 pages – 7,50€ (Manga – Tome 1/3) – présenté par Cassiopée ;

Coco a toujours été fascinée par la magie. Hélas, seuls les sorciers peuvent pratiquer cet art et les élus sont choisis dès la naissance. Un jour, Kieffrey, un sorcier, arrive dans le village de la jeune fille. En l’espionnant, Coco comprend alors la véritable nature de la magie et se rappelle d’un livre de magie et d’un encrier qu’elle a achetés à un mystérieux inconnu quand elle était enfant. Elle s’exerce alors en cachette. Mais, dans son ignorance, Coco commet un acte tragique !
Dès lors, elle devient la disciple de Kieffrey et va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence !

 

– Pierre et Jean de Maupassant
Flammarion Librio – 126 pages – 2€ – présenté par Florence ;

Tout les oppose. Alors que Jean est blond, calme, doux, de caractère égal, Pierre est noir, emporté, rancunier, exalté. Tant que rien n’ébranle l’équilibre familial, les deux frères mènent une vie apparemment paisible. Mais lorsqu’un ami de la famille lègue toute sa fortune à Jean, la jalousie que Pierre nourrit pour son frère cadet éclate au grand jour. Il enquête alors pour découvrir les raisons de cet incompréhensible héritage, au risque de sacrifier son bonheur…

– Dernières Nouvelles du Monde de Anthony Burgess
Non réédité – 637 pages – présenté par Sylvain ;

À travers les personnages du livre, c’est la conscience même du siècle qui est en question, dans une atmosphère d’apocalypse. Et quels personnages ! Freud, sauvé des nazis comme Moïse des eaux, mais qui se meurt du cancer et s’interroge en revivant et révisant sa vie. Trotsky, qui rêve de bonheur universel par la révolution, en parcourant les rues de New York à la veille d’octobre 1917, et qui, déchiré par sa dialectique personnelle, entend déjà grincer sa mort entre les notes d’une guitare mexicaine. val Brodie, poète humaniste devenu romancier de science-fiction par désespoir de l’homme et qui a prévu l’apocalypse cosmique où s’engloutira la planète.
Il y aura d’autres Freud, d’autres Trotsky et même un autre Fils de l’Homme. pour le meilleur ou pour le pire ? Qui vivra verra…

 

– Recettes d’Amour et de Meurtre de Sally Andrew
J’ai lu – 496 pages – 8€ – présenté par Anne Cécile ;

1 homme trapu qui maltraite son épouse,
1 petite épouse bien tendre,
1 dure à cuire de taille moyenne qui en pince pour l’épouse,
1 fusil de chasse,
1 petite ville du Karoo marinée en secret,
3 bouteilles de brandy Klipdrift,
1 poignée de piments,
1 jardinier inoffensif,
1 new-yorkaise chaude comme la braise,
7 adventistes du septième jour (parés pour la fin du monde),
1 détective amatrice avec un cœur d’artichaut,
2 policiers pleins de sang-froid,
1 poignée de fausses pistes et de suspects bien mélangés,
1 pincée d’envie.
Jetez tous les ingrédients dans une grande casserole et laissez lentement mijoter pendant quelques années en remuant avec une cuillère en bois.
Vers la fin, ajoutez le piment et le brandy, puis montez le feu.

– Le Passage de Justin Cronin
Pocket – 1280 pages – 11,80€ – présenté par Sophie ;

Il y a un siècle, le monde a sombré dans le chaos. Une épidémie, dont l’origine ne fut jamais identifiée, a transformé l’homme en mutant et réduit la civilisation à néant. Les derniers représentants de l’humanité vivent en colonie, luttant jour après jour pour survivre. Surgie de nulle part, une jeune fille vient à leur rencontre. Elle semble avoir 14 ans. Elle en a cent de plus.

– À l’Estomac de  Chuck Palahniuk
Points – 544 pages – 8,20€ – présenté par Anthelme ;

En répondant à cette mystérieuse annonce, les vingt-trois protagonistes d’A l’estomac s’imaginaient couler des jours tranquilles dans un endroit de rêve. Oui, mais voilà, l’endroit en question, un théâtre délabré est… terrifiant. Isolés du monde, maltraités, privés petit à petit de toute ressource – chauffage, lumière et surtout nourriture -, nos écrivaillions s’affolent. Convaincus qu’ils sont l’objet d’une mise en scène propre à nourrir le best-seller de l’année ou le scénario d’un reality-show a succès, tous se lancent dans une compétition acharnée pour survivre. A mesure que se dégradent les conditions de vie, leurs manigances pour sortir indemnes de ce lieu infernal se font plus cruelles, et leurs écrits, qui composent le livre, plus déviants.

Les vieux fourneaux – Tome 1: Ceux qui restent de Paul Cauuet/Wilfrid Lupano
Dargaud – 56 pages – 12€ – présenté par Cindy ;

Les Vieux Fourneaux raconte les aventures de trois septuagénaires, amis depuis leur plus tendre enfance: Antoine, Emile et Pierrot. Chacun a suivi sa route, chacun a fait ses choix, fondé (ou non) une famille. Séquielles, souvenirs, fragments de vie (presque) passés. Il reste pourtant à ces trois là de belles choses à vivre, er une solide amitié chevillée au corps.

Des souris et des hommes de John Steinbeck
Belin – 189 pages – 5,95€ – présenté par Lokmane ;

En Californie, pendant la Grande Crise, Lennie et George vont de ferme en ferme. Ils louent leurs bras en attendant le jour où ils auront leur ferme à eux, avec un petit bout de luzerne pour élever des lapins. Lennie, malgré sa taille de colosse, n’a pas plus de malice qu’un enfant de six ans ; George veille sur lui, le protège du monde qui n’est pas tendre aux innocents. Le soir, ils se racontent leur rêve, celui de la maison et des lapins. Mais allez savoir pourquoi, les rêves de certains finissent toujours en cauchemars.

 

Répliques de Marie Christine Collard
Noir au Blanc – 320 pages – 9,50€ – présenté par Annie France ;

« Cachée au sein de la foule, anonyme, invisible, Nina levait les bras, remuait les hanches et hurlait son nom. Une petite flamme sèche la dévorait, l’embrasait tout entière. Ses joues étaient brûlantes. Son regard, de glace. Elle attendait, consumée d’impatience, qu’il fût vingt et une heures… » 1995… 2011… En retrouvant son poste au Lycée français de Tokyo, Vincent croit tout avoir appris des séismes et de leurs répliques. Mais la lame de fond qui va changer le destin de ce professeur de lettres s’appelle Nina, une élève surdouée qui va pulvériser sa vie avec la violence d’une explosion nucléaire. Marie Christine Collard vit et travaille à Lille, dans les Hauts-de-France. Expa­triée au Japon pendant une quinzaine d’années, elle est l’auteur d’un premier roman, Fugu, inspiré par ses années nippones. Avec Répliques, elle immerge le lecteur dans la comple­xité des relations de cet énigmatique pays : des codes, des modes de vie qui fascinent, qui attirent et parfois effraient…

– Le plus petit baiser jamais recensé de Mathias Malzieu
J’ai lu – 157 pages – 6€ – présenté par Céline ;

Un inventeur dépressif rencontre une fille qui disparaît quand on l’embrasse. Alors qu’ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise d’un coup. Aidé par un détective à la retraite et un perroquet hors du commun, l’inventeur se lance alors à la recherche de celle qui « fait pousser des roses dans le trou d’obus qui lui sert de cour ». Ces deux grands brûlés de l’amour sauront-ils affronter leurs peurs pour vivre leur histoire ? Un vrai faux polar romantique, regorgeant de gourmandise explosive

 

Lire Lolita à Téhéran de Azar Nafisi
10/18 – 480 pages – 9,60€ – présenté par Julien ;

Après avoir démissionné de l’Université de Téhéran sous la pression des autorités iraniennes, Azar Nafisi a réuni pendant deux ans, dans l’intimité de son salon, sept étudiantes pour y lire Nabokov, Fitzgerald, Austen… Ce livre magnifique est le portrait brut et déchirant de la révolution islamique en Iran. La démonstration magistrale que l’imagination bâtit la liberté.

– Le dernier jour d’un condamné de Victor Hugo
Pocket Classiques – 112 pages – 1,55€ – présenté par Lucie ;

 » Encore six heures et je serai mort. Est-il bien vrai que je serai mort avant la fin du jour ?  » Bientôt, sa tête roulera dans la sciure. Jugé, emprisonné, enchaîné, il attend dans l’épouvante. Sa grâce lui a été refusée.  » J’ai peur  » – et notre peur grandit avec la sienne. L’aumônier viendra, puis les assistants du bourreau. Il montera dans la charrette, traversera la foule hideuse buveuse de sang. Au bout de la marche au supplice, l’apparition de la guillotine, et l’échelle qui mène à l’échafaud. On dit qu’on ne souffre pas, que c’est une fin douce, mais qui le sait ?
On ne sait rien de cet homme que la justice va assassiner, sinon qu’il est trop jeune pour mourir. Avec lui, nous vivons ce cauchemar, cette absurdité horrifiante de la peine capitale que, personne avant Victor Hugo n’avait songé à dénoncer.

– Moi ce que j’aime c’est les monstres de Emil Ferris
Monsieur Toussaint Louverture – 416 pages (Roman graphique) – 34,90€ – présenté par Nicolas ;

Chicago, fin des années 1960. Karen Reyes, dix ans, adore les fantômes, les vampires et autres morts-vivants. Elle s’imagine même être un loup-garou: plus facile, ici, d’être un monstre que d’être une femme. Le jour de la Saint-Valentin, sa voisine, la belle Anka Silverberg, se suicide d’une balle dans le coeur. Mais Karen n’y croit pas et décide d’élucider ce mystère. Elle va vite découvrir qu’entre le passé d’Anka dans l’Allemagne nazie, son propre quartier prêt à s’embraser et les secrets tapis dans l’ombre de son quotidien, les monstres, bons ou mauvais, sont des êtres comme les autres, ambigus, torturés et fascinants. Journal intime d’une artiste prodige, Moi, ce que j’aime, c’est les monstres est un kaléidoscope brillant d’énergie et d’émotions, l’histoire magnifiquement contée d’une fascinante enfant. Dans cette oeuvre magistrale, tout à la fois enquête, drame familial et témoignage historique, Emil Ferris tisse un lien infiniment personnel entre un expressionnisme féroce, les hachures d’un Crumb et l’univers de Maurice Sendak.

– La Dangereuse de Loubna Abidar 
Stock – 198 pages – 17€ – présenté par Sara ;

Le 5 novembre 2015, en sortant de la gare de Casablanca, Loubna Abidar s’est fait tabasser dans la rue par un groupe d’hommes qui l’avaient reconnue. Les deux cliniques successives où elle est arrivée pour se faire soigner, le visage en sang, ont refusé de l’accueillir. Au commissariat où elle s’est rendue pour déposer plainte, les policiers se sont moqué d’elle et ne l’ont pas laissée rentrer. Le lendemain matin, Loubna a fait sa valise a pris le premier avion pour la France.
Ce qui vaut à Loubna Abidar d’être menacée de mort, c’est d’être l’une des actrices les plus connues du Maroc et d’avoir osé incarner une prostituée dans Much loved, du réalisateur franco-marocain Nabil Ayouch. Le film où Loubna joue le rôle principal, avec ses scènes de nudité, d’amour et de sexe, a enflammé encore davantage l’hystérie des hommes de son pays et au-delà, bien qu’il n’ait été vu que par extraits sur internet, où des scènes ont été falsifiées et caricaturées : à la suite de sa présentation au Festival de Cannes, il a été interdit au Maroc, considéré comme « un outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine, et une atteinte flagrante à l’image du royaume ».
Par son courage, Loubna Abidar est devenue le symbole de toutes les femmes que la tradition arabo-musulmane divise en deux catégories : les pures et les putes. Une femme qui montre son corps est une pute. Une femme qui parle de son corps est une pute. Une femme qui prend la parole est une pute. Une femme qui tient tête est une pute. Une femme qui a du plaisir est une pute. Une femme qui éprouve de l’amour est une pute. Une femme qui revendique sa liberté est une pute. Une femme qui est une femme est une pute. Toutes les femmes sont des putes.
Ce livre raconte la vie d’une femme arabe dans un monde d’hommes : l’histoire exemplaire de Loubna Abidar, la « catastrophe » qu’est sa naissance parce qu’elle est une fille, la violence de son père alors qu’elle était enfant au Maroc, la violence des autres hommes que dérange son métier d’actrice, son émancipation par le cinéma, par son insolence, par sa liberté – et le prix très cher payé de cette liberté.

– Feu l’Indien de Madame de Leonard Wibberley
Heros-Limite Editions –  224 pages – 12€ – présenté par Oscar ;

Pendant la Deuxième guerre mondiale, une attachante et énergique veuve anglaise, aidée par le spectre d’un Indien peau-rouge mort trois cents ans plus tôt et capable de prédire l’avenir, est confrontée à une série d’aventures rocambolesques.

Druide de Olivier Péru
J’ai lu –  602 pages – 8,90€ – présenté par Patrick ;

Les druides règnent sur une forêt primordiale et sacrée sise au coeur du monde. Détenteurs d’une sagesse millénaire, ils sont les gardiens du Pacte Ancien, dont le respect garantit la paix entre les peuples. Mais un crime de sang d’une violence inouïe met en péril le fragile échiquier politique des royaumes du Nord. Le druide Obrigan, aidé de ses deux apprentis, ne dispose que de vingt et un jours, pas un de plus, pour élucider les circonstances du drame, faute de quoi une guerre totale éclatera.
Et tandis que le compte à rebours tourne, chaque lune apporte son lot de nouveaux cadavres, l’entraînant toujours plus loin dans l’horreur…

Sera à lire pour la prochaine rencontre :

– Lovestar de Andri Snaer Magnason 
J’ai Lu – 432 pages – 8€ – présenté par Hélène ;

LoveStar LoveStar, industriel génial et visionnaire, a bâti sa fortune sur un système de communication inspiré des oiseaux migrateurs, libérant pour toujours l’humanité du carcan de l’électronique. Et ce n’était que le premier jalon de son empire. Entre autres inventions révolutionnaires, ReGret vous permet de rembobiner vos enfants, inLove calcule votre âme soeur sans erreur possible, et avec LoveMort vous pouvez offrir à vos concitoyens le spectacle grandiose de votre corps changé en étoile filante. Indriði et Sigrfður filaient le parfait amour, jusqu’au jour où Sigrfður reçoit sa lettre d’inLovE : ça y est, le système a trouvé son seul et unique… mais ce n’est pas Indriði !

Lovestar

 


La prochaine réunion :

Notre prochaine rencontre aura lieu au cours de la semaine du 24 au 28 septembre 2018. Merci de nous donner vos disponibilités afin de faciliter la réservation du local.

Cliquez sur le lien suivant pour donner vos disponibilités : ICI.

 


Vous pouvez retrouver le fonctionnement du club de lecture : ICI. (Menu de gauche « FAQ »). N’hésitez pas à nous contacter via le blog ou la page Facebook si vous avez des questions.

À bientôt  !

Résumé par Sylvain

État

Résumé de la 65ème réunion du club de lecture

Résumé de la 65ème rencontre du club de lecture Lille aux livres du 29 août 2017 !

Pour cette réunion du mois d’août nous étions 13 à nous retrouver à la librairie « Les Quatre Chemins » ! Encore une fois, la littérature et la nourriture furent à l’honneur.

 

 

Présentation des livres :

Petite Recette de Bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan
Editions Pocket, 7€80, présenté par Cassiopée ;

Après une carrière de journaliste, Loretta Nyhan se consacre désormais à l’enseignement de sciences humaines ainsi qu’à l’écriture. Petites Recettes de bonheur pour les temps difficiles, coécrit avec Suzanne Hayes, est son premier roman.Auteur d’un premier ouvrage, The Witch of Little Italy, Suzanne Hayes vit avec son mari et ses trois filles à New Haven, Connecticut.Après s’être rencontrées via le blog de Loretta, les deux femmes ont fait le pari fou de coécrire une ouvre sans jamais se rencontrer – jusqu’à la publication -, à la manière de leurs personnages.

– Repose toi sur moi de Serge Joncour
Éditions J’ai Lu, 8€40, présenté par Gemma ;

Repose-toi sur moi est une histoire d’amour improbable entre un homme et une femme que tout oppose. Dès le départ, Serge Joncour ne cache rien des enjeux relationnels à venir entre Aurore et Ludovic, mais c’est la manière dont il fait surgir l’étincelle de la passion qui emporte tout sur son passage. L’empathie est immédiate. Le style simple et enlevé soulève des tonnes d’émotions. On craint simplement de quitter trop tôt cette cour d’immeuble où résonnent les rires et les pleurs de ses occupants. Repose-toi sur moi est tout simplement un merveilleux roman d’amour.

Marx et la poupée  de Maryam Madjidi
Éditions Le Nouvel Attila, 18€, présenté par Muriel;

Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, sa mère et elle rejoignent le père en exil à Paris. A travers les souvenirs de ses premières années, Maryam raconte l’abandon du pays, l’éloignement de sa famille, la perte de ses jouets – donne´s aux enfants pauvres de Téhéran sous l’injonction de ses parents communistes -, l’effacement progressif du persan sans cesse en opposition avec le franc¸ais, qu’elle va tour à tour rejeter, puis adopter frénétiquement, au point de laisser enterrée de longues années sa langue natale. Maryam Madjidi raconte avec humour et tendresse les racines comme fardeau, comme rempart, comme moyen de socialisation, et même comme arme de séduction massive. Maryam Madjidi est née en 1980 à Téhéran, et quitte l’Iran à l’âge de 6 ans pour vivre à Paris puis à Drancy. Aujourd’hui, elle enseigne le français à des mineurs étrangers isolés, après l’avoir enseigné à des collégiens et lycéens de banlieue puis des beaux quartiers, des handicape´s moteur et psychiques, des étudiants chinois et turcs, et des détenus. Elle a vécu quatre ans à  Pékin et deux ans à Istanbul.

 

Les 7 roses de Tokyo de Hisashi Inoue
Éditions Philippe Picquier, 13€, présenté par Anne So ;

Un fabricant d’éventails d’un vieux quartier de Tôkyô tient son journal d’avril 1945 à avril 1946. Une évocation passionnante du Japon sous l’occupation américaine, débordante d’humour et nourrie d’une foule de détails savoureux: la débrouillardise, les combines du marché noir, les tracasseries administratives, la contestation. et les menées secrètes et rocambolesques de sept femmes, qui se consacrent espionnes pour contrecarrer les projets de l’occupant. Inoue Hisachi disait que le moteur de sa création était son «amour des êtres humains». Cette empathie se reconnaît dans ce portrait vivant et chaleureux du peuple japonais qui, en dépit des privations, trouve sa délivrance dans la révolte et le rire

– Vision Aveugle de Peter Watts
Editions Pocket, présenté par Nicolas ;

La Terre a été prise «en photo» depuis l’espace. Les mystérieux visiteurs sont-ils sur cet artefact découvert dans notre système solaire ? Le vaisseau Thésée part en mission. À son bord, cinq membres d’équipage recrutés avec soin : une linguiste aux personnalités multiples, un biologiste qui s’interface aux machines, une militaire pacifiste et un observateur, Siri Keeton, capable de déchiffrer à la perfection le langage corporel de ses interlocuteurs. Leur commandant est lui aussi bien étrange : c’est un homo vampiris, autrement dit, un vampire aux facultés intellectuelles remarquables. Pourtant, malgré leurs aptitudes exceptionnelles, rien ne peut les préparer à ce qu’ils vont découvrir lors de ce voyage terrifiant…

– Les Aventuriers de la Mer (Tome 1: Le Vaisseau Magique) de Robin Hobb
Éditions J’ai Lu, 7€20, présenté par Patrick;

Les vivenefs sont des vaisseaux magiques liés à la famille qui les possède par des liens empathiques. Ces navires sont insaisissables, ils bravent les tempêtes, évitent les récifs, distancent les monstres marins, sèment les pirates… Et sont surtout l’objet de toutes les convoitises. Vivacia est la vivenef de la famille Vestrit. Le capitaine Ephron Vestrit est mourant et, parmi les siens, chacun ourdit complots et traîtrises pour s’approprier son vaisseau, car l’héritage d’une vivenef ne se transmet pas comme un legs normal. Et ce tandis que d’autres dangers se profilent à l’horizon : les serpents de mer qui infestent les océans se regroupent, et un ambitieux pirate aspire à unir ses pairs sous un seul pavillon : le sien..

À L’Ouest Rien de Nouveau de Erich Maria Remarque
Éditions LGF, 6€10, présenté par Betty;

 » Quand nous partons, nous ne sommes que de vulgaires soldats, maussades ou de bonne humeur et, quand nous arrivons dans la zone où commence le front, nous sommes devenus des hommes-bêtes.  »
Témoignage d’un simple soldat allemand de la guerre 1914-1918, A l’Ouest, rien de nouveau, roman pacifiste, réaliste et bouleversant, connut, dès sa parution en 1928, un succès mondial retentissant et reste l’un des ouvrages les plus remarquables sur la monstruosité de la guerre.

– Les Jardins Statuaires de Jacques Abeille
Éditions Gallimard, 8€80, présenté par Rémi;

A une époque indéterminée, un voyageur découvre le pays des « Jardins Statuaires », un ensemble de domaines, protégés par de vastes enceintes, où la principale activité des hommes consiste à cultiver des statues. Dans ces propriétés où la pierre pousse sans cesse, la vie est réglée d’après une organisation rigoureuse, apparemment ludique et rationnelle, mais aux fondements étranges. Au fil des pérégrinations du voyageur, l’utopie se lézarde : la place des femmes; le pouvoir occulte d’une mystérieuse guide des hôteliers, les statues qui maigrissent ou croissent indéfiniment posent des questions angoissantes. Enfin, la menace de Barbares qui se rassemblent aux frontières et préparent l’invasion des jardins statuaires va achever de déséquilibrer cette société.

 

Indian Creek de Pete Fromm
Éditions Gallmeister, 9€80, présenté par Mathilde;

Le garde commença à parler de bois à brûler. Je hochais la tête sans arrêt, comme si j’avais abattu des forêts entières avant de le rencontrer. – Il te faudra sans doute sept cordes de bois, m’expliqua-t-il. Fais attention à ça. Tu dois t’en constituer toute une réserve avant que la neige n’immobilise ton camion. J Je ne voulais pas poser cette question, mais comme cela semblait important, je me lançai : – Heu… C’est quoi, une corde de bois ? Ainsi débute le long hiver que Pete Fromm s’apprête à vivre seul au cour des montagnes Rocheuses, et dont il nous livre ici un témoignage drôle et sincère, véritable hymne aux grands espaces sauvagesPETE FROMM est né en 1958 dans le Wisconsin et a d’abord été ranger avant de se consacrer à l’écriture. Il a publié plusieurs romans et recueils de nouvelles qui ont remporté de nombreux prix et ont été vivement salués par la critique. Indian Creek, récit autobiographique, a été son premier livre traduit en français. Il vit à Missoula dans le Montana.

 

– Mon Oncle Oswald de Roald Dahl
Éditions Gallimard, 8€80, présenté par Anne;

L’oncle Oswald, personnage haut en couleur et bon vivant notoire, raconte dans ses Mémoires comment il a fait fortune. Dès l’âge de dix-sept ans, il se sert de ses connaissances en chimie et de son goût pour la bagatelle pour inventer une pilule aux propriétés stupéfiantes. Mais ce n’est qu’un début. Les aventures, tantôt scabreuses, tantôt délirantes, se succèdent à un rythme effréné. Une nouvelle fois, Roald Dahl donne libre cours à son humour dévastateur.

 

– Désolé je suis attendue de Agnès Martin-Lugand
Éditions Pocket, 8€60, présenté par Marie;

Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d’affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l’adrénaline est son seul moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s’inquiètent de son attitude. Peu importe les reproches, elle a simplement fait un choix, animée d’une farouche volonté de réussir.
Mais le monde qu’elle s’est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé…

 

Sera à lire pour la prochaine rencontre :

Toute la lumière que nous ne pouvons voir d’Anthony Doerr
Éditions LGF, 8€90, présenté par Morgane;

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Marie-Laure, jeune aveugle, se réfugie à Saint-Malo avec son père. Employé au Museum d’histoire naturelle de Paris, il est chargé d’un diamant qui ne doit pas être volé par les Allemands. En Allemagne, le jeune Werner, orphelin, est dans la Wehrmacht. En 1944, leurs destins se croisent.

DAPHNE REBECCA


La prochaine réunion :

Notre prochaine rencontre aura lieu au cours de la semaine du 2 au 6 octobre 2017. Merci de nous donner vos disponibilités afin de faciliter la réservation du local.

Les livres présentés pourront être sur le thème du fantastique/horreur afin de choisir une lecture commune en lien avec Halloween pour la réunion de début novembre.

Cliquez sur le lien suivant pour donner vos disponibilités : ICI.


Vous pouvez retrouver le fonctionnement du club de lecture : ICI. (Menu de gauche « FAQ »). N’hésitez pas à nous contacter via le blog ou la page Facebook si vous avez des questions.

À bientôt  !

Résumé par Sylvain

Concours FLASH #1 MàJ

Hey l’ami, tu es bien heureux d’avoir vu naître et évoluer le blog du club de lecture L’île aux livres/Alille.com ?
Nous aussi , ça tombe bien non ?

Alors pour fêter la création du blog, notre premier moisiversaire, nos 50 premiers j’aime sur FB et nos 60 premiers Followers sur Twitter, nous proposons notre premier concours !

Pour participer c’est très simple il suffit de venir partager en commentaire à cette page votre dernier coup de cœur littéraire .

N’oubliez pas aussi de nous envoyer un mail avec toutes vos coordonnées  à l’adresse suivante :

lilleauxlivres@gmail.com

Pour vous donner plus de chance, nous prolongeons le concours jusque Hallowen !

Les inscriptions auront lieu jusqu’au Mardi 30 Octobre 23h30

Le tirage au sort aura lieu Mercredi  01 Novembre 2012 vers Minuit

Lots à gagner:

Notre chroniqueuse Lilith a la gentillesse d’offrir son exemplaire de « Sans âme » de G. Carriger notre lecture commune de l’Automne:

sans ame

ou au choix du gagnant un classique de la littérature belge:

« L’assassin habite au 21 » de S.A Steeman

21

ou toujours au choix une nouvelle surprise pour vous :

« Lorsque j’étais une oeuvre d’art » de E.E Schmitt

                                                    

Règlement du concours:

Le concours est ouvert à toute la France.

Pourra concourir tout membre majeur suivant le blog  (via Alille.com,la page FB, Goggle+ ou Twitter)

qui aura partagé son coup de cœur sur le blog,

qui aura envoyé ses coordonnées complètes,

qui aura partagé le concours (sur son blog, sur FB, sur Goggle +, ou sur twitter)

Les habitués du club de lecture (c’est-à-dire tous membres ayant participé à au moins 2 sorties du club) auront deux fois plus de chance d’être tirés au sort.

Avertissement :

Toute personne ne respectant pas les règles de politesse et de respect de base,
Ne respectant pas les règlements de fonctionnement de notre blog,
Ne respectant pas le règlement du concours,
Verra sa participation au concours et/ou au vote annulée.
L’équipe des chroniqueurs nous réservons le droit de bannir temporairement ou définitivement toute personne ne respectant pas ces avertissements.

Bon concours et bonne chance à tous !

Pour tous ceux qui ne pourront pas participer cette fois-ci, ou qui ne peuvent pas bénéficier de point bonus, sachez qu’il y aura d’autres concours qui seront proposés d’ici quelques temps.

N’oubliez donc pas de participer, de façon pertinente, à la vie du blog et à la vie du club de lecture, afin de multiplier vos chances de gagner la prochaine fois !

4 Participations validées:

Jessica (+2)

Pauline (+2)

Anne-Cécile

Elodie (+2)

Et voici notre gagnante : Bravo à ELODIE ^^ 

thehat.png

« Le Montespan » de Jean Teulé

Le 19 octobre dernier, le club de lecture de l’île aux livres s’est réuni pour discuter de sa lecture commune sur le roman choisi la fois précédente : Le Montespan, de Jean Teulé. Résumé de la quatrième de couverture :

Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C’était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan…

Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dès qu’il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l’homme qui profanait une union si parfaite. Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, emprisonnements, ruine ou tentatives d’assassinat, il poursuivit de sa haine l’homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme…

Sur les membres du club, tous n’avaient malheureusement pas lu ce roman, qui a pourtant été apprécié dans l’ensemble. Néanmoins, cette chronique a pour but d’apporter un éclairage nuancé sur le livre, en prenant en compte toutes les remarques des membres du club.

Du point de vue positif, les éloges ont tout de même été nombreux. D’abord,  Jean Teulé a choisi de prendre un pan peu connu de l’Histoire de France en choisissant le personnage du marquis de Montespan, bien moins connu que son épouse, et il exploite très bien cette facette. Le personnage du Montespan est d’ailleurs très bien dépeint. Il est attachant, volontaire, tenace, amoureux, fait face à ses malheurs et finalement, très humain. Il est facile de s’identifier à lui. Même si le personnage principal du roman est le marquis, la marquise est très présente, en filigrane ou en chair et en os, et elle aussi peut-être attachante.

Concernant le style de l’auteur, il réussit à poser un cadre par son phrasé et un vocabulaire un peu grivois (mais sans aller trop loin) qui rend compte d’une certaine réalité historique, d’une vérité crue qui fait souvent défaut aux romans se déroulant à cette époque. Teulé montre vraiment un temps et y fait entrer le lecteur. Son roman se lit vite et bien, notamment grâce aux chapitres courts. Le ton de l’auteur est très sympathique, il y a beaucoup d’humour et un petit côté rabelaisien très agréable. Les apparences dans le roman sont trompeuses, n’est pas le gentil ou le méchant qui l’on croit tout d’abord, et Teulé n’est pas du tout tombé dans le manichéisme.

Ce roman fait contrepoids à la période raffinée du classicisme qui est souvent idéalisée, il y a un peu « destruction » des idoles. Voir l’envers du décor change. Le pire de la noblesse, à la limite c’est un peu trash par moments ! Comme l’auteur brode autour de l’Histoire, ça ne fait pas un lourd et ennuyeux traité d’Histoire, ça reste abordable pour tout le monde. Les petites libertés prises par Teulé avec l’Histoire sont bien normales puisqu’il est romancier. Les illustrations disséminées dans le roman sont très plaisantes ainsi que les références à d’autres personnages (comme La Fontaine, Molière…). La couverture également correspond tout à fait au sujet du livre, et la bibliographie des ouvrages utilisés à la fin est très intéressante.

Ceux qui découvraient Teulé grâce à ce roman ont trouvé que c’était plutôt une bonne entrée en matière et que ça donnait envie de lire d’autres œuvres de l’auteur.

Du point de vue négatif, il est facile de se laisser emporter par le côté roman et de ce fait le pan historique peut être un peu oublié ou trompeur. Teulé est un « roublard ». Il est difficile par moment de faire la part entre la fiction et l’Histoire. D’ailleurs, les thèmes du pouvoir absolu de droit divin, de cette monarchie énorme, de la mesquinerie à la cour et des règles sociales de l’époque, peuvent fortement déplaire. Le style de l’auteur est déroutant au début, ou peut paraître trop léger comparé à ce qu’il a fait dans ses autres romans.

Liens vers les chroniques de nos membres :

La chronique de Dawn

La chronique de NyrA

La chronique de Cassiopée

Et vous, avez-vous lu Le Montespan ? Qu’en avez-vous pensé ?

Votre avis nous intéresse !

Résumé proposé par NyrA

Résumé de la 16ème rencontre du club de lecture

Résumé de la 16ème rencontre du club de lecture du 19.09.12

Une réunion de rentrée qui a exceptionnellement eu lieu au Bistrot de la Gare Saint Sauveur, avec son cadre dynamique, arty, chaud, spacieux et néanmoins cossu, et au jus de papaye.

Il a été question de l’évolution du club, qui se décline à présent en parallèle sur ce blog et sur le forum Alille.com.

Pour vous permettre de nous suivre nous avons également créer une page FB

Quatre mousquetaires sont au four et au moulin pour faire tourner le club nuit et jour: Lilith, Dawn, Nyra (les ninjas de choc et de charme) et moi-même (la caution chapelière).

Il a été également question de la participation sur le forum: la participation au club et la présentation de livres lors d’une réunion donnent gratuitement le droit de poster une présentation des livres  ici:

http://www.alille.com/les_livres_du_club_lecture/
C’est facile à faire et ça peut rapporter gros.

Pour cette séance, nous inaugurions une nouvelle approche thématique, avec non pas la présentation d’un livre (on y reviendra la prochaine fois), mais la présentation d’un auteur. Chacun étant libre d’en lire un ou plusieurs romans pour la prochaine fois.

Livres présentés (par ordre aléatoire):

– Daphné du Maurier (Rebeccal’Auberge de la Jamaïquele Bouc EmissaireLes Oiseaux, plus tard adapté par Hitchcock…), présentée par Nyra.

– Maxime Chattam (auteur de nombreux romans policiers et thrillers, par exemple la Trilogie du Mal), présenté par Caril.

– Ambre Dubois (auteur de romans vampiriques et fantastiques: les Soupirs de Londresles Damnés de DanaAbsinthe et Démons…), présentée par Michiko.

– Naoki Urasawa (l’auteur de mangas tel que Monster20th Century BoysPluto…), présenté par Iguenoux.

– Eric-Emmanuel Schmitt (le célèbre romancier français auteur de la Part de l’AutreMonsieur Ibrahim et les Fleurs du CoranMa Vie avec Mozart, etc.), présenté par Pee Phoo.

– Agatha Christie (Derrick Hercule Poirot, Miss Marple…), présentée par Dawn.

– Sir Arthur Conan Doyle (Sherlock Holmes, le Monde Perdu…), présenté par Maia.

– Franck Thilliez (auteur de polars tels FracturesVertigeGattaca, etc.), présenté par Snoopixi.

– Stephen King (un jeune auteur inconnu: CarrieMarche ou CrèveShining, la Tour Sombre,Simetierrela Ligne Verte…), présenté par Lilith.

– Anne Rice (Chroniques des VampiresSaga des Sorcièresles Infortunes de la Belle au Bois Dormant…), présentée par Cassiopée.

– Fabrice Colin, présenté par Cydre.

Après la bataille de votes la plus rude de l’histoire du club, c’est ce dernier qui l’a emporté, in extremis devant Stephen King et Anne Rice.

Sera donc à lire pour la prochaine fois:

Une ou plusieurs oeuvres de Fabrice Colin.

Un portrait en vidéo de quelques minutes est disponible ici: http://www.france5.fr/la-grande-librairie/?page=videos&id_article=6573

Lors de la réunion, j’ai cité plusieurs livres:

– Dreamericana: Un roman en deux parties qui narre les mésaventures d’un auteur à succès de romans steampunk qui, pour palier à son manque d’inspiration, trouve le moyen de se téléporter dans son monde imaginaire et ainsi vivre l’aventure à venir. L’un de mes préférés.

– Or Not To Be: Un roman hanté par Shakespeare et le dieu Pan.

– Blue Jay Way: Son nouveau roman, un polar lynchien.

– A Vos Souhaits: Un roman de fantasy humoristique.

– Atomic Bomb, avec David Calvo: Un roman sous champignons hallucinogènes, qui raconte l’histoire de deux vieux qui se suicident en surfant sur la vague d’une déflagration nucléaire, puis qui se réincarnent en rats de laboratoire, puis en extraterrestres.

– Big Fan: Un roman où le héros, fan de Radiohead, croit déceler les indices d’une conspiration mondiale. Un roman drôle, triste, rock, touchant. Super bon.

– Les Confessions d’un Automate Mangeur d’Opium, avec Mathieu Gaborit: un roman d’aventure steampunk assez fun.

– La Brigade Chimérique : une BD, espèce de version européenne de la Ligue des Gentlemen Extraordinaires.

– Les Etranges Soeurs Wilcox: une série jeunesse avec des vampires (ceci est pour toi, Michiko^^).

Et bien d’autres encore:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fabrice_Colin

Pour soutenir Alille.com, acheter en cliquant ici: Clic Clic

Une date devra être choisie, la prochaine réunion se déroulera la semaine du 15 octobre :

http://doodle.com/zx9sz65tq5r6my43#table

Merci de bien vouloir donner vos disponibilités sur ces dates.

Attention toutefois, l’inscription sous-entend s’engager à venir et à participer activement au club de lecture.

Merci de bien vouloir jouer le jeu et de venir en ayant lu au moins un livre de F. Colin.^^

En attendant, mangez des livres!

Résumé proposé par Ptyx

Les annales du Disque Monde, Vol 6 « Trois soeurcières » de Terry Pratchett

Résumé de la rencontre du club de lecture l’île aux livres/Alille.com du 23 Août 2012 autour de la lecture commune :

« Trois soeurcières » de T. Pratchett

Voilà un livre comme on aime en avoir de temps en temps au club de lecture.
En effet Monsieur Pratchett a ici su combler les souhaits de la plupart de nos lecteurs en nous enchantant grâce à ce sixième opus des Annales du Disque Monde.

Les points appréciables du livre :

– Pour beaucoup d’entre nous cette lecture a été une lecture rafraîchissante et rapide grâce à un séquençage des chapitres ingénieux et à un humour omniprésent.

– Pour l’ensemble des participants de cette réunion, cela a été un régal de pouvoir plonger dans cet univers complet et surprenant du Disque Monde.
Une nouvelle fois l’auteur réussit par son esprit de dérision et son phrasé a emmener le lecteur dans cette intrigue.

– Pratchett use ici avec malice de personnages burlesques et cocasses (Mémé Ciredutemps, Nounou Ogg …) afin de faire une intrusion dans le monde du théâtre.
On savoure alors cette parodie du genre grâce aux allusions explicites aux œuvres de Shakespeare (notamment Macbeth).

– Même si le ton parodique de ce livre prête à sourire, l’auteur arrive à nous faire réfléchir sur des thèmes importants comme par exemple l’usage de la propagande par l’appareil gouvernemental.

–  Avec 37 volumes publiés, les Annales du Disque Monde traitent d’un large éventail de thèmes (la politique, la religion, le rock, les contes de fée, le cinéma, etc.). Les romans, autonomes les uns par rapport aux autres, laissent aux lecteurs la possibilité de piocher au gré de leurs envies.
La connexion entre les différents personnages, les différents lieux donne toujours au lecteur l’envie d’aller plus avant dans sa découverte du Disque Monde.

– Pour les aficionados du genre, et il y en a quelques uns au club, prendre un bouquin du Disque Monde c’est sans conteste faire l’expérience d’une lecture plaisir.
C’est retrouver avec le sourire des personnages récurrents (la mort par exemple), des gimmicks et des leitmotivs propre à l’univers pratchettien. On lit ces livres comme on enfile une paire de pantoufles, avec bonheur et délectation car l’on sait qu’on va passer un bon moment.   

Les points discutables du livre:

– Certain de nos lecteurs ont pu noter une certaine longueur dans le démarrage de ce volume. Fait assez rare chez Pratchett pour être souligné.

– La chronologie est un peu difficile à suivre. L’univers du disque monde est tellement riche qu’il l’est peut être un peu trop et perds en chemin quelques lecteurs.

– Une très forte prégnance de la culture et de la littérature anglo-saxonne qui nous fait passer à coté de références. 
La plupart de nos lecteurs sentaient bien qu’il y a matière à réfléchir ou à rire, mais malheureusement le lien nous échappe faute de points d’ancrages dans cette littérature.

– On oublie facilement l’intrigue de ce tome. Le souvenir s’estompe bien trop vite à notre goût. Il laisse peut être une impression un peu trop fugace .

Si il fallait ne retenir qu’un passage:

« Ce n’est pas moi, vous savez, dit le duc très vite. Il a glissé et il est tombé. C’est tout. Glissé et tombé. Je n’y étais même pas. Il m’a agressé. C’était de la légitime défense. Voilà. Il a glissé et il est tombé sur sa propre dague en légitime défense. »

Liens vers nos bloggeuses :

Lien vers la chronique de Dawn

Lien vers la chronique de NyrA

Lien vers la chronique de Cassiopée

Et vous connaissez vous les Annales du Disques Monde ?

Avez vous lu ce volume ?

Votre avis nous intéresse !

Résumé proposé par Lilith.