État

Résumé de la 64ème réunion du club de lecture

Résumé de la 64ème rencontre du club de lecture Lille aux livres du 03 juillet 2017!

Pour cette réunion du mois de juin nous étions 12 à nous retrouver à la librairie « Les Quatre Chemins » ! Encore une fois, la littérature et la nourriture furent à l’honneur.

 

 

Présentation des livres :

– Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas
Editions Folio Classique, 800 pages, 7.20€, présenté par Oscar ;

Dumas séduit, fascine, intéresse, amuse, enseigne.
Victor Hugo.
Tout le monde connaît la verve prodigieuse de M. Dumas, son entrain facile, son bonheur de mise en scène, son dialogue spirituel et toujours en mouvement, ce récit léger qui court sans cesse et qui sait enlever l’obstacle et l’espace sans jamais faiblir. Il couvre d’immenses toiles sans jamais fatiguer ni son pinceau, ni son lecteur.
Sainte-Beuve.
Les Trois Mousquetaires… notre seule épopée depuis le Moyen Âge.
Roger Nimier.
Les Trois Mousquetaires forment le plus divertissant des romans d’aventures. Leurs personnages, Athos, Porthos, Aramis et d’Artagnan, sont sortis des bibliothèques pour descendre dans la rue. Ils ont enseigné l’insolence et l’amitié à beaucoup de jeunes Français qui ont aussi découvert les fatalités de l’amour en rêvant aux belles épaules de Milady et à ses regards de perdition.
Kléber Haedens.

Le collier de la reine d’Alexandre Dumas
Éditions Folio Classique, 1033 pages, 13,90€, présenté par Betty ;

Le Collier de la reine est l’un des romans les plus romanesques d’Alexandre Dumas. Il se consacre à un épisode authentique du règne de Marie-Antoinette. La machiavélique comtesse de La Motte trame de ténébreuses intrigues et tend un piège qui révèle que la reine est une femme exposée aux atteintes du monde et aux violences de la passion. La prémonition d’une fin terrible plane sur toute la fiction et l’inscrit dans l’Histoire. Un roman d’aventures sous-tend la réalité historique et rend sa description palpitante. La figure mythique de Cagliostro, l’homme aux mille vies, incarne le thème du vengeur masqué, du héros satanique comme le sera Monte-Cristo. Jeanne de La Motte rappelle Milady, la femme maléfique. On ne manque ni de demeures mystérieuses, ni de secrets, ni de passages dérobés, ni de figures masquées, ni de fausses reines. De cette histoire, et de l’Histoire, personne ne sortira indemne : point de happy end.

– Les frères Karamazov de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski
Éditions Les Classiques de Poche, 915 pages, 8.00€, présenté par Gemma ;

Dans Les Frères Karamazov, Dostoïevski a donné le résumé de sa carrière et de sa pensée. On y retrouve l’opposition père et fils de L’Adolescent, le duel de l’athéisme et de la sainteté des Possédés, le schéma de L’Idiot, avec le crime à la base et l’entrevue dramatique des deux rivales ; enfin et surtout l’un des frères, Aliocha, est la reprise du prince Mychkine : il s’appelait « l’Idiot » dans Ies brouillons. Il semble même que Dostoïevski ait voulu exprimer dans les trois frères les trois aspects de sa personnalité ou les trois étapes de sa vie : Dimitri le schillérien rappelle sa période romantique, terminée aussi par le bagne ; Ivan, les années où il était près de remplacer ‘ la foi chrétienne par le socialisme athée ; Aliocha, son aboutissement, le retour au peuple russe et à l’orthodoxie. Sous quelque angle qu’on les considère, Les Frères Karamazov sont un microcosme aux richesses inépuisables, le chef-d’oeuvre peut-être de Dostoïevski

 

– La religion de Tim Willocks
Éditions Pocket, 960 pages, 10.00€, présenté par Nicolas ;

La nuit où les cavaliers écarlates l’emportèrent – du peu qu’il sache ou qu’il ait pu savoir – la pleine lune entrait dans le Scorpion, signe de sa naissance, et, comme animée par la main de Dieu, son incandescence découpait parfaitement la vallée alpine en ce qui était lumière et ce qui était ténèbres, et la lumière éclairait le chemin menant les démons vers sa porte. Si les chiens de guerre n’avaient pas perdu leur route, le garçon n’aurait jamais été découvert, et la paix, l’amour et le travail auraient béni toute son existence. Telle est la nature du destin dans un temps de chaos. Mais quand le temps n’est-il pas chaos ? Et quand la guerre n’est-elle pas engendrement de monstres ? Et qui sèche les larmes des sans-noms, quand même les saints et les martyrs reposent endormis dans leurs cryptes ? Un roi venait de mourir et, tels des chacals, des empereurs se disputaient son trône pour s’emparer du butin. Et si les empereurs se souciaient bien peu des tombes qu’ils semaient dans leurs sillages, pourquoi leurs serviteurs auraient-ils dû s’en préoccuper davantage ? «La roue tourne, un jour en haut, un jour en bas», disent les sages, et il en était ainsi de cette nuit-là.
Il s’appelait Mattias, il avait douze ans et il ignorait absolument tout des affaires de politique et d’État. Il était issu d’une famille de forgerons saxons, transplantée par son grand-père émigrant jusque dans une profonde vallée des Carpates et un village sans la moindre importance, sauf pour ceux qui l’appelaient leur chez-eux. Mattias dormait près de l’âtre de la cuisine, et rêvait de feu et d’acier. Il s’éveilla dans l’obscurité précédant l’aube, le coeur battant comme un oiseau farouche piégé dans sa poitrine. Il enfila des bottes et un manteau de cuir marqué de brûlures, et, silencieusement – car ses deux soeurs et sa mère dormaient dans la pièce à côté -, il prit du bois et ranima les tisons rose pâle du foyer, pour que sa chaleur accueille les filles quand elles se lèveraient.
Comme tous les premiers-nés de sa lignée, Mattias était forgeron. Son but, aujourd’hui, était d’achever la fabrication d’une dague et cela l’emplissait de joie, car quel garçon, s’il le pouvait, ne fabriquerait pas de vraies armes ? Du coeur du foyer, il tira un brandon incandescent, sortit dans la cour ; l’air mordant emplit ses poumons et il s’arrêta. Le monde alentour était peint de noir et d’argent par la lune. Au-dessus de la crête des montagnes, des constellations tournaient dans leur sphère et il chercha leurs formes et les contempla à travers la buée de son souffle. La Vierge, Le Bouvier, Cassiopée. Plus bas sur les pentes, des stries brillantes marquaient la fourche du torrent et les pâturages flottaient dans la brume à l’orée des forêts. Dans la cour, la forge de son père se dressait comme un temple dédié à quelque prophète inconnu et la lumière des flammes qui jouaient sur ses pierres pâles promettait magie et merveilles, et la fabrication de choses que personne n’avait jamais faites.

L’esthétique de la résistance de Peter Weiss
Éditions Klincksieck, 890 pages, 29.00€, présenté par Sylvain ;

Ce roman est un livre culte. Publié entre 1975 et 1981, il est considéré comme l’un des chefs-d’oeuvre de la littérature du XXe siècle.
La scène inaugurale : l’analyse du Pergamon dans le Berlin de 1937 entre le narrateur anonyme et ses pairs adolescents, jeunesse inquiète, qui exprime sa haine du système nazi galopant. La fin : les réflexions avinées et mélancoliques sur l’admissible défaite de la résistante au fascisme.
C’est que ce groupe se rencontre exclusivement dans des musées ou des galeries : la résistance politique est un art.
Souvent comparée à la Recherche de Proust et aux Passages de Benjamin, l’oeuvre majeure de Peter Weiss (1916-1982) se résume aussi aisément que l’Ulysse de Joyce.
Refus du renoncement à la résistance, elle est en creux l’une des plus subversives histoires de l’art jamais écrite.
« L’esthétique de la Résistance dont Peter Weiss commença la rédaction alors qu’il dépassait la cinquantaine, faisant un pélerinage au travers des méandres arides de l’histoire culturelle contemporaine en compagnie du pavor nocturnus, terreur de la nuit chargé d’un monstrueux poids idéologique, est un magnum opus qui se découvre non seulement comme l’expression d’un éphémère souhait de rédemtion mais comme une expression de la volonté d’être, à la fin des temps, du côté des vaincus. »
W.G. Sebald, Luftkrieg und Literatur (2001).

La ballade de Pern (Intégrale I) d’Anne McCaffrey
Éditions Pocket, 256 pages, 13.00€, présenté par Morgane;

Sur la planète Pern vivent de grands lézards qui ressemblent aux dragons des légendes, et des dauphins très intelligents avec lesquels les humains vivent en harmonie.
Mais après des décennies de vie paisible, les Pernais doivent affronter une incroyable menace venue de l’espace : les Fils. Ces filaments tombent du ciel et détruisent tout sur leur passage. Et ce, tous les 250 ans, tel un cycle infernal.
Les hommes apprennent alors à chevaucher les dragons pour détruire les Fils.

La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker
Éditions de Fallois , 700 pages, 9.20€, présenté par Rose;

 

À New York, au printemps 2008, alors que l Amérique bruisse des prémices de l élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d écrire le nouveau roman qu il doit remettre à son éditeur d ici quelques mois. Le délai est près d expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d université, Harry Quebert, l un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l enquête s enfonce et il fait l objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s est-il passé dans le New Hampshire à l été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ? Sous ses airs de thriller à l américaine, La Vérité sur l Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

Quand sort la recluse de Fred Vargas
Éditions Flammarion, 496 pages, 21.00€, présenté par Françoise;

« – Trois morts, c’est exact, dit Danglard. Mais cela regarde les médecins, les épidémiologistes, les zoologues. Nous, en aucun cas. Ce n’est pas de notre compétence.
– Ce qu’il serait bon de vérifier, dit Adamsberg. J’ai donc rendez-vous demain au Muséum d’Histoire naturelle.
– Je ne veux pas y croire, je ne veux pas y croire. Revenez-nous, commissaire. Bon sang mais dans quelles brumes avez-vous perdu la vue ?
– Je vois très bien dans les brumes, dit Adamsberg un peu sèchement, en posant ses deux mains à plat sur la table. Je vais donc être net. Je crois que ces trois hommes ont été assassinés.
– Assassinés, répéta le commandant Danglard. Par l’araignée recluse ? »

 

La Trilogie de Wielstadt de Pierre Pevel
Éditions Pocket, 760 pages, 11.40€, présenté par Cassiopée;

 

Hiver 1620 : après s’être acquitté d’une délicate mission pour l’Ordre des Templiers, le Chevalier Kantz revient à Wielstadt, cité allemande protégée depuis toujours par un mystérieux dragon.
Chasseur de démons initié aux arts secrets de la Kabbale, Kantz est un exorciste qui mène contre le mal une croisade solitaire et implacable. Rapière au poing, il va devoir traquer une insaisissable meute de goules qui répand la terreur dans la ville.

 » Ce petit bijou place d’emblée son auteur parmi les praticiens les plus doués d’une veine littéraire en plein expansion.  » Jacques Baudou – Le Monde

Sera à lire pour la prochaine rencontre :

Americanah de Laurent Gaudé
Éditions Folio, 704 pages, 8.80€, présenté par Muriel;

«En descendant de l’avion à Lagos, j’ai eu l’impression d’avoir cessé d’être noire.» Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique, qui compte bien la rejoindre. Mais comment rester soi lorsqu’on change de pays, et lorsque la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés ? De son ton irrévérencieux, Chimamanda Ngozi Adichie fait valser le politiquement correct et nous offre une grande histoire d’amour, parcourant trois continents d’un pas vif et puissant.

 


La prochaine réunion :

Notre prochaine rencontre aura lieu au cours de la semaine du 28 août au 1er septembre 2017. Merci de nous donner vos disponibilités afin de faciliter la réservation du local.

 

Cliquez sur le lien suivant pour donner vos disponibilités : ICI.


Vous pouvez retrouver le fonctionnement du club de lecture : ICI. (Menu de gauche « FAQ »). N’hésitez pas à nous contacter via le blog ou la page Facebook si vous avez des questions.

À bientôt  !

Résumé par Betty

Publicités
État

64ème rencontre du club de lecture

Bonjour chers lecteurs !

Il est déjà temps de prendre note de notre 63ème rencontre du club de lecture Lille aux Livres ! Suite à une petit micmac sur le planning de la librairie, nous avons dû décaler la semaine de la réunion, ainsi :

On se donne rendez-vous le lundi 3 juillet 2017 à la librairie Les Quatre Chemins, à partir de 19h30.

Veillez à bien être à l’heure. Nous fermons la porte à 19h35 dorénavant. Ainsi, nous pourrons commencer plus tôt la réunion et avoir plus de temps pour pouvoir discuter de nos lectures.

Plan:

Capture2

Adresse : Librairie Les Quatre Chemins : 142 Rue de Paris, 59000 Lille

Métro : Mairie de Lille/ Rihour

C’est une location de salle, à 15€ de l’heure. Il faudra donc payer pour assister à la réunion. 3€ (entre 10 et 14 participants), et seulement 2€ si on est 15 participants ou plus.

Le commerce étant fermé au moment de notre venue, on ne pourra pas acheter de boissons sur place. Cependant, vous avez le droit de ramener de quoi boire et manger. Bien entendu, il faudra garder la salle propre.

Merci beaucoup à la librairie Les Quatre chemins de nous avoir proposé l’endroit comme lieu de réunion et de nous faire confiance.

Au programme :

1°) Présentation des livres. Le thème de la séance : Le pavé de l’été !

pave-beton-caris-saumon-ton-pierre-l-12-5-cm-x-l-12-5-cm-x-ep-40-mm2°) Discussion autour du livre choisi : La porte des Enfers de Laurent Gaudé

cropped-002767757.jpg

 


Merci de bien vouloir vous inscrire pour cette prochaine rencontre, en indiquant dans les commentaires ci-dessous votre présence.

ATTENTION : Le nombre de places est limité à 18 personnes !
L’entrée est payante : 3€ par personne (ou 2€ à partir de 15 personnes)
Merci de nous tenir rapidement au courant en cas de désistement.


Merci de nous tenir rapidement au courant en cas de désistement. Si vous êtes intéressés et que c’est complet, faites-le nous savoir, nous vous mettrons sur la liste d’attente et nous vous recontacterons en cas de désistement.

 12 inscrits – 6 places restantes

Personnes présentes :

  • Betty
  • Cassiopée
  • Sylvain
  • Oscar
  • Muriel
  • Rose
  • Morgane
  • Cathy
  • Brigitte
  • Agnès
  • Françoise
  • Gemma

En attente si désistement :

État

Résumé de la 63ème réunion du club de lecture

 Résumé de la 63ème rencontre du club de lecture Lille aux livres du 08 juin 2017!

Pour cette réunion du mois de juin nous étions 14 à nous retrouver à la librairie « Les Quatre Chemins » ! Comme d’habitude, nous avons parlé littérature et nous avons (beaucoup) grignoté.

 

Avant de présenter les livres, AnneSo nous a rappelé la sortie imminente d’un roman écrit par un membre du club. En effet, les éditions Léha publient le 23 juin « L’Éveil des Chimères ».

18034275_10207306982073402_4946347952118458477_n
Nous avons hâte de découvrir son roman et de l’accueillir lors d’une réunion pour une séance de dédicace !

 

Présentation des livres :

– Total Khéops de Jean-Claude Izzo
Éditions Folio Policier, 352 pages, 8.20€, présenté par AnneSo ;

Du Panier aux quartiers nord, du Vieux Port à l’Estaque, nous suivons les pérégrinations de Fabio Montale, flic déclassé de la Brigade de surveillance des secteurs, fils d’immigrés italiens qui aime les poètes des Cahiers dit Sud, la pêche, la soupe au pistou de la vieille Honorine, les bouteilles de Lagavulin, les femmes et Marseille bien sûr. Il y a vingt ans, il y avait Lole, la belle Gitane, et, autour d’elle, Manu, Ugo, et Fabio. A présent ses deux potes de braquage sont morts d’une balle dans la peau : une pour Manu, puis une pour Ugo venu le venger… L’enquête de Fabio le plonge dans son passé trouble et les plaies à refermer se multiplient. D’autant qu’une de ses amies se fait violer et assassiner. Dur !  » Total Khéops  » comme le chante le groupe IAM. Autrement dit, bordel généralisé, fange pestilentielle dont on ne sort pas.

Vernon Subutex 1 de Virginie Despentes
Éditions Le livre de Poche, 432 pages, 7.90€, présenté par Betty ;

Qui est Vernon Subutex ?
Une légende urbaine.
Un ange déchu.
Un disparu qui ne cesse de ressurgir.
Le détenteur d’un secret.
Le dernier témoin d’un monde révolu.
L’ultime visage de notre comédie inhumaine.
Notre fantôme à tous.
Magistral et fulgurant. Une œuvre d’art. François Busnel, L’Express.
Dans cette peinture d’une France qui dégringole dans la haine et la précarité, Virginie Despentes touche au sommet de son art. Alexis Brocas, Le Magazine littéraire.
Une comédie humaine d’aujourd’hui dont Balzac pourrait bien se délecter. Pierre Vavasseur, Le Parisien.

L’homme bicentenaire d’Isaac Asimov
Éditions Folio SF, 368 pages, 8.20€, présenté par Olgir ;

Andrew est un robot comme les autres. Comme les autres, vraiment ? Pas tout à fait. Il est même si singulier qu’il a décidé de devenir libre, malgré les Trois Lois de la Robotique et contre l’opinion de la majorité des êtres humains. Andrew ne sait pas qu’il vient de s’engager dans une lutte qui va changer l’histoire de la robotique, des robots et de l’humanité elle-même.

 

L’ombre du prince : une enquête du mandarin Tân de Tran-Nhut
Éditions Philippe Picquier, 383 pages, 9.20€, présenté par Oscar ;

Un an après sa nomination dans une région reculée et désuète au nord du Viêt-Nam, le mandarin Tân se rend à Thang Long, à la recherche de livres qui font défaut à sa province. Mais au lieu de manuscrits, il découvre une série de corps délicatement incisés par une lame artiste, meurtres sanglants qu’il lui faut élucider au plus vite en ce XVIIe siècle troublé par des luttes d’influences entre princes et seigneurs. Curieux voyage à la Capitale, où le jeune magistrat est confronté non seulement à la toute-puissance des nobles et à un vol singulier chez les eunuques, mais aussi aux ombres surgies de son propre passé. Le sang versé hier appellerait-il les crimes d’aujourd’hui ? Pour percer à jour les motifs étranges d’un assassin sans pitié, le mandarin Tân devra pousser jusqu’au bout une effroyable logique qui, cette fois-ci, ne le laissera pas intact.
Les sœurs Tran-Nhut  » font magnifiquement revivre la civilisation de leurs ancêtres tout en créant un personnage attachant qui n’a pas fini de faire parler de lui  » (Gérard Meudal, Le Monde).

Quinzinzinzili de Régis Messac
Éditions La Table Ronde, 208 pages, 7.10€, présenté par Nicolas ;

Bien sûr, cela fait des décennies que la littérature nous annonce l’anéantissement de la race humaine, notre capacité à nous détruire ne se discutant plus. Beaucoup de livres pour un sujet aussi crucial, mais dans le lot peu de chefs-d’oeuvre… Quinzinzinzili, ce roman au titre improbable, est pourtant de ceux-là, ses rares lecteurs n’en démordent pas, qui s’étonnent toujours de son ironie visionnaire, de son pessimisme halluciné et de ses trouvailles géniales. Publié en 1935, il a été imaginé par Régis Messac, considéré comme l’un des précurseurs du genre, et nous entraîne après le cataclysme, à la suite du dernier des adultes, témoin stupéfait de la renaissance du genre humain : sous ses yeux désabusés, un groupe d’enfants réinvente une Humanité dont l’Histoire a disparu. Et Messac, qui sait que la Civilisation est mortelle, nous offre le spectacle d’une poignée de gosses en train de lui régler son compte… Stupéfiant, Quinzinzinzili renaît et devrait susciter l’admiration de ceux qui croient davantage aux vertus des Lettres qu’à celles de l’Homme.

L’attentat d’Yasmina Khadra
Éditions Pocket, 256 pages, 7.40€, présenté par Rose;

Amine, chirurgien israélien d’origine palestinienne, a toujours refusé de prendre parti dans le conflit qui oppose son peuple d’origine et son peuple d’adoption, et s’est entièrement consacré à son métier et à sa femme, Sihem, qu’il adore. Jusqu’au jour où, au cœur de Tel Aviv, un kamikaze se fait sauter dans un restaurant, semant la mort et la désolation. Toute la journée, Amine opère les victimes de l’attentat, avec pour tout réconfort l’espoir de trouver le soir l’apaisement dans les bras de Sihem. Mais quand il rentre enfin chez lui, au milieu de la nuit, elle n’est pas là. C’est à l’hôpital, où le rappelle son ami Naveed, un haut fonctionnaire de la police, qu’il apprend la nouvelle terrifiante : non seulement il doit reconnaître le corps mutilé de sa femme mais on l’accuse elle, Sihem, d’être la kamikaze… Amine ne peut tout d’abord admettre que sa femme, qui n’a jamais manifesté un attachement particulier à la cause palestinienne, ait pu commettre un acte aussi barbare. Pourtant, il doit se résoudre à accepter l’impossible quand il reçoit le mot qu’elle lui a laissé. Alors, pour comprendre comment elle a pu en arriver à une telle extrémité, il s’efforce de rencontrer tous ceux qui l’ont poussée à ce geste fou. Et doit écouter sans répit une vérité qu’il ne peut pas entendre.

Le bibliomancien (Tome 1 de « Magie ex libris ») de Jim-C Hines
Éditions L’Atalante, 384 pages, 21€, présenté par Lucie;

Isaac Vainio est un bibliomancien. Membre de Die Zwelf Portenaere, les Douze Gardiens des Portes, une organisation secrète fondée par Johannes Gutenberg, il dispose d’une magie très particulière : il peut puiser à volonté dans les livres et en tirer n’importe quel objet du récit. Et Isaac, en vrai fan de science-fiction et de fantasy, préfère par-dessus tout utiliser des pistolets laser, des ceintures-bouclier de Dune et des sabres laser de Star Wars quand les Gardiens l’envoient sur le terrain combattre les menaces magiques qui guettent la Terre. Sauf que, deux ans plus tôt, manquant perdre la raison et la vie au cours d’une mission qui a mal tourné, Isaac a été mis au placard. Réduit au rang de simple catalogueur, il ne conserve de son ancienne vie d’agent de terrain que Titache, sa fidèle araignée-flamme, qui a la particularité de prendre feu en présence d’un danger. Son existence rangée bascule le jour où trois vampires débarquent dans sa bibliothèque pour le tuer. Les Gardiens auraient déclaré la guerre aux morts-vivants…

La vie quand elle était à nous de Marian Izaguirre
Éditions Pocket, 448 pages, 7.80€, présenté par Morgane;

Madrid, 1951. Lola regrette le temps où son existence était peuplée de promesses et d’illusions, de livres et de discussions enflammées, d’amour et de projets pour bâtir une Espagne démocratique. L’espoir de 1936. Il ne lui reste de cette époque qu’une petite librairie dans les ruelles sombres d’un quartier de Madrid. C’est là que Lola fait la connaissance d’Alice, une Anglaise dont elle partage la passion pour la littérature. Intriguée par un livre en vitrine, Alice entraîne Lola dans une lecture singulière et bouleversante de La Fille aux cheveux de lin, l’histoire de Rose, soupçonnée d’être la fille du duc d’Ashford.
Lola et Alice l’ignorent encore, mais cette histoire pourrait bien lier leur destin pour toujours…
 » La vie quand elle était à nous célèbre l’amitié, la complicité féminine et la littérature, devenue un refuge dans une époque troublée.  » El País

 

La conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole
Éditions 10/18, 448 pages, 9.60€, présenté par Cathy;

À trente ans passés, Ignatus vit encore cloîtré chez sa mère, à La Nouvelle-Orléans. Harassée par ses frasques, celle-ci le somme de trouver du travail. C’est sans compter avec sa silhouette éléphantesque et son arrogance bizarre… Chef-d’œuvre de la littérature américaine, La Conjuration des imbéciles offre le génial portrait d’un Don Quichotte yankee inclassable, et culte.
 » On ne peut pas lire ce livre, l’un des plus drôles de l’histoire littéraire américaine, sans pleurer intérieurement tous ceux que Toole n’a pas écrits.  »
Raphaëlle Leyris, Les Inrockuptibles

Le don (tome 1 de la trilogie « Le Dernier Souffle ») de Fiona McIntosh
Éditions Milady, 672 pages, 9€ (provisoirement à 3,99€), présenté par Cassiopée;

Encore adolescent, Wyl Thirsk doit assumer le rôle pour lequel on le destinait depuis sa naissance : commandant en chef des armées de Morgravia ! Une responsabilité qui le conduit à la cour du prince Celimus, un despote sadique. Là, un geste de bonté envers une sorcière condamnée au bûcher vaudra à Wyl un don miraculeux, ainsi que la colère de son seigneur et maître. Contraint de lui obéir, Wyl est envoyé au Nord où la guerre menace, pour une mission suicidaire à la cour ennemie… avec pour seule arme un mystérieux pouvoir dont il ne soupçonne pas même l’existence. Or, s’il n’embrasse pas le Dernier Souffle, il signera sa perte… et celle du pays qu’il a juré de défendre.

Nipponia nippon d’Abe Kazushige
Éditions Philippe Picquier, 224 pages, 17€, présenté par Sylvain;

« Son utopie était un monde tendre, sans hostilité ni malveillance, empli de bonté et de respect. Et il imaginait parfois les ibis s’envolant librement dans le ciel de ce paradis sur terre. »
Le jeune Tôya Haruo a développé une passion pour l’ibis japonais (nom savant : Nipponia nippon), un oiseau en voie d’extinction et symbole de la nation japonaise. Les derniers représentants sont protégés dans le Centre de sauvegarde de l’île de Sadô. Haruo se croit lié à eux par un destin commun et décide de partir les délivrer. Mais, à mesure qu’il se prépare à sa mission en se procurant diverses armes, son projet prend un tour beaucoup plus radical…
Les romans d’Abe Kazushige sont d’une ironie très sombre, à l’image d’un monde où rien ne serait digne d’être sauvé du scénario écrit par les hommes.

Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial Terre  de Richard Buckminster Fuller
Éditions Lars Müller Publishers, 152 pages, 15€, présenté par Kim;

Paru pour la première fois en 1969 sous le titre Operating Manual for Spaceship Earth, le Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial « Terre » est l’un des ouvrages les plus connus de Fuller. Dans ce livre très accessible, l’auteur présente une synthèse brillante de sa vision du monde, analysant les grands défis auxquels l’humanité est confrontée et présentant les principes à suivre pour faire les « bons choix » et éviter l’extinction de l’espèce humaine.
Il pose donc quelques questions essentielles : Comment l’humanité peut-elle survivre ? Est-ce que l’automatisation influe sur l’individualisation ? Comment utiliser nos ressources plus efficacement pour réaliser pleinement notre potentiel et mettre fin à la misère en moins d’une génération ?
Remettant en question le concept de spécialisation, il prône une révolution du design dans l’innovation et donne des conseils pour diriger le vaisseau spatial « Terre » vers un avenir viable à long terme.

Les temps glaciaires de Fred Vargas
Éditions J’ai lu, 475 pages, 8.20€, présenté par Gemma;

« Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur sa table, s’inclinant dans son fauteuil. Il avait à peine fermé l’oeil cette nuit, une de ses soeurs ayant contracté une pneumonie, dieu sait comment. La femme du 33 bis ? demanda-t-il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu m’emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin ? D’après les rapports internes, il s’agit d’un suicide avéré. Tu as des doutes ? Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur grand fumeur grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c’était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à cent ans. Le juge Vermillon, le nouveau magistrat zélé, est sur moi comme une tique, dit Bourlin. Tu sais ce que ça fait, les tiques ? ».

Sera à lire pour la prochaine rencontre :

La porte des Enfers de Laurent Gaudé
Éditions Le livre de poche, 283 pages, 6.90€, présenté par Rémi;

Matteo vient de perdre son fils lors d’une fusillade à Naples. Nuit après nuit, au volant de son taxi vide, il s’enfonce dans la solitude et parcourt au hasard les rues de la ville. Un soir, dans un minuscule café, il fait la connaissance du patron, Garibaldo, de l’impénitent curé Mazerotti et, surtout, du professeur Provolone, personnage aussi érudit que sulfureux, qui tient d’étranges discours sur la réalité des Enfers. Et qui prétend qu’on peut y descendre…

002767757


La prochaine réunion :

Notre prochaine rencontre aura lieu au cours de la semaine du 3 au 7 juillet 2017. Merci de nous donner vos disponibilités afin de faciliter la réservation du local pour la prochaine réunion.

Attention, le thème de la séance sera « Le pavé de l’été » !

pave-beton-caris-saumon-ton-pierre-l-12-5-cm-x-l-12-5-cm-x-ep-40-mm

Proposez-donc un livre qui soit un véritable pavé (disponible en livre de poche) pour qu’il soit LA lecture du club de l’été 2017 !

Cliquez sur le lien suivant pour donner vos disponibilités : ICI.


Vous pouvez retrouver le fonctionnement du club de lecture : ICI. (Menu de gauche « FAQ »). N’hésitez pas à nous contacter via le blog ou la page Facebook si vous avez des questions.

À bientôt  !

Résumé par Betty

État

63ème rencontre du club de lecture

Bonjour chers lecteurs !

Il est déjà temps de prendre note de notre 63ème rencontre du club de lecture Lille aux Livres ! Suite à une petit micmac sur le planning de la librairie, nous avons dû décaler la semaine de la réunion, ainsi :

On se donne rendez-vous le jeudi 8 juin 2017 à la librairie Les Quatre Chemins, à partir de 19h30.

Veillez à bien être à l’heure. Nous fermons la porte à 19h35 dorénavant. Ainsi, nous pourrons commencer plus tôt la réunion et avoir plus de temps pour pouvoir discuter de nos lectures.

Plan:

Capture2

Adresse : Librairie Les Quatre Chemins : 142 Rue de Paris, 59000 Lille

Métro : Mairie de Lille/ Rihour

// Grâce à vos généreuses contributions, la prochaine séance sera exceptionnellement GRATUITE ! MERCI à vous ! \\

Le commerce étant fermé au moment de notre venue, on ne pourra pas acheter de boissons sur place. Cependant, vous avez le droit de ramener de quoi boire et manger. Bien entendu, il faudra garder la salle propre.

Merci beaucoup à la librairie Les Quatre chemins de nous avoir proposé l’endroit comme lieu de réunion et de nous faire confiance.

Au programme :

1°) Présentation des livres.

2°) Discussion autour du livre choisi : Anamnèse de Lady Star de L.L. Kloetzer

cropped-anamnc3a8se-de-lady-star.jpg


Merci de bien vouloir vous inscrire pour cette prochaine rencontre, en indiquant dans les commentaires ci-dessous votre présence.

ATTENTION : Le nombre de places est limité à 18 personnes !

L’entrée est exceptionnellement gratuite grâce à vos généreux dons ! MERCI BEAUCOUP !
Merci de nous tenir rapidement au courant en cas de désistement. Si vous êtes intéressés et que c’est complet, faites-le nous savoir, nous vous mettrons sur la liste d’attente et nous vous recontacterons en cas de désistement.

 17 inscrits – 1 places restantes

Personnes présentes :

  • Betty
  • Cassiopée
  • Sylvain
  • Oscar
  • Olghir
  • Simone
  • Marie
  • Nicolas
  • Rose
  • Rémi
  • Anneso
  • Morgane
  • Cathy
  • Gemma
  • Kim
  • Lucie
  • Maitsuya

En attente si désistement :

État

Résumé de la 62ème réunion du club de lecture

Résumé de la 62ème rencontre du club de lecture Lille aux livres

du 13 avril 2017 !

Pour cette réunion du mois d’avril nous étions 13 à nous retrouver à la librairie Les Quatre Chemins !

Présentation des livres :

  • L’héritier du roi Arthur de Bertrand Crapez
    présenté par Olghir ;
Résumé : Le royaume de Logres court un grave danger. Le roi Arthur est devenu trop vieux, ses chevaliers ont disparu, Merlin a perdu ses pouvoirs et Galaad a soif de vengeance! Kadfael, le jeune protégé de Merlin et fils de Perceval le Gallois, va tenter l’impossible pour trouver le Graal, protéger Excalibur et rendre au royaume sa splendeur perdue. Aidé de son vieux maître, d’un nain bougon et d’Adélice, une fée aussi courageuse que troublante, il sera confronté à des situations plus périlleuses les unes que les autres. Hommes, fées et nains devront s’allier pour éviter la destruction de leur monde. Réussiront-ils à vaincre Vikings, dragons, banshees, trolls à la solde de Galaad, le chevalier félon ? À mi-chemin entre les récits de chevaliers de la Table Ronde, les légendes celtiques et la mythologie scandinave, L’Héritier du roi Arthur plonge le lecteur dans un univers épique peuplé de héros et de créatures fantastiques, drôles ou terrifiantes ! Bienvenue dans un nouveau monde de fantasy…
  • Le fils de Philip Meyer
    présenté par Simone ;
Résumé : Roman familial, vaste fresque de l Amérique des années 1850 à nos jours, Le Fils de Philipp Meyer, finaliste du prestigieux Prix Pulitzer 2014, est porté par trois personnages trois générations d une famille texane, les McCullough dont les voix successives tissent et explorent avec brio la part d ombre du rêve américain.
Eli, le patriarche que l on appelle  » le Colonel  » est enlevé à l âge de onze ans par les Comanches et passera avec eux trois années qui marqueront sa vie. Revenu à la civilisation, il prend part à la conquête de l Ouest avant de s engager dans la guerre de Sécession et de devenir un grand propriétaire terrien et un entrepreneur avisé.
À la fois écrasé par son père et révolté par l ambition dévastatrice de ce tyran autoritaire et cynique, son fils Peter profitera de la révolution mexicaine pour faire un choix qui bouleversera son destin et celui des siens.
Ambitieuse et sans scrupules, Jeanne-Anne, petite-fille de Peter, se retrouve à la tête d une des plus grosses fortunes du pays, prête à parachever l uvre du « Colonel ». Mais comme ceux qui l ont précédée, elle a dû sacrifier beaucoup de choses sur l autel de la fortune. Et comme tous les empires, celui de la famille McCullough est plus fragile qu on ne pourrait le penser.
Porté par un souffle romanesque peu commun, Le Fils est à la fois une réflexion sur la condition humaine et le sens de l Histoire.
  • Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary-Ann Shaffer et Annie Barrows
    présenté par Pumpkin ;
Résumé : 1946, alors que les Britanniques soignent les blessures de guerre, Juliet Ashton, écrivain en manque d’inspiration, entreprend une correspondance avec les membres attachants d’un cercle de Guernesey. De confidences en confidences, la page d’un nouveau roman vient de s’ouvrir pour la jeune femme, peut-être aussi celle d’une nouvelle vie…
  • THUG The Hate U Give de Angie Thomas
    présenté par Morgane ;
Résumé : Sixteen-year-old Starr lives in two worlds: the poor neighbourhood where she was born and raised and her posh high school in the suburbs. The uneasy balance between them is shattered when Starr is the only witness to the fatal shooting of her unarmed best friend, Khalil, by a police officer. Now what Starr says could destroy her community. It could also get her killed.
  • Terra Nostra de Carlos Fuentes
    présenté par Sylvain ;
Résumé : Paris, à la veille de l’an 2000. Les flagellants investissent Saint-Germain-des-Prés. Les fumées de l’holocauste s’élèvent des tours de Saint-Sulpice. Sur les quais, des femmes de tous âges accouchent d’enfants mâles, marqués du sceau de l’Usurpateur : une croix de chair sur l’omoplate et six orteils à chaque pied. Il ne reste de l’Amérique latine que des terres ravagées et quelques réfugiés, mémoire de leur culture… Abolissant toute chronologie au profit d’un temps réel qui contiendrait tous les temps, Carlos Fuentes nous restitue l’histoire et les mythes : Charles Quint, Philippe II, Charles II composent la figure du Grand Monarque. Don Quichotte côtoie Don Juan. Jeanne la Folle croise des inventeurs d’hérésie, des artistes et des fous, des criminels, de superbes personnages romanesques. Un maître livre…
  • Wonder de R.J. Placio
    présenté par Cassiopée ;
Résumé : Ne jugez pas un livre sur sa couverture.
Ne jugez pas un garçon sur son apparence.
 » Je m’appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire.  »
Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n’est jamais allé à l’école. Aujourd’hui, pour la première fois, ses parents l’envoient au collège… Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux ?
  • Terreur de Dan Simmons
    présenté par Betty ;
Résumé : Le 19 mai 1845, le HMS Erebus et le HMS Terror quittent l’Angleterre sous les vivats de la foule. Avec ces navires, le vénérable Sir John Franklin entend enfin percer le mythique passage du Nord-Ouest. Mais à l’enthousiasme succèdent bientôt la désillusion, puis le drame… Mal préparée, équipée et dirigée, l’expédition se retrouve prisonnière des glaces et de la nuit polaire. La mort frappe. La maladie se répand. La faim, la mutinerie et la folie couvent. Et rôde une mystérieuse et terrifiante créature, incarnation des peurs ancestrales de l’homme face aux éléments.
Le 19 mai 1845, cent vingt-neuf hommes partaient pour un voyage au bout de l’enfer blanc. Combien en reviendront vivants ?
  • La porte des enfer de Laurent Gaudé
    présenté par Rémi ;
Résumé : Matteo vient de perdre son fils lors d’une fusillade à Naples. Nuit après nuit, au volant de son taxi vide, il s’enfonce dans la solitude et parcourt au hasard les rues de la ville. Un soir, dans un minuscule café, il fait la connaissance du patron, Garibaldo, de l’impénitent curé Mazerotti et, surtout, du professeur Provolone, personnage aussi érudit que sulfureux, qui tient d’étranges discours sur la réalité des Enfers. Et qui prétend qu’on peut y descendre…
  • La convivialité de Ivan Illich
    présenté par Kim ;
Résumé :  » Si les outils ne sont pas dès maintenant soumis à un contrôle politique, la coopération des bureaucrates du bien-être et des bureaucrates de l’idéologie nous fera crever de « bonheur’. La liberté et la dignité de l’être humain continueront à se dégrader, ainsi s’établira un asservissement sans précédent de l’homme à son outil. « 
Dans ce texte phare, Ivan Illich amplifie et radicalise sa critique de la société industrielle. Dénonçant la servitude née du productivisme, le gigantisme des outils, le culte de la croissance et de la réussite matérielle, il oppose à la  » menace d’une apocalypse technocratique  » la  » vision d’une société conviviale « . Ce n’est que par la redécouverte de l’espace du bien-vivre, qu’Illich appelait la convivialité, que les sociétés s’humaniseront.
  • Les anneaux de Bicêtre de George Simenon
    présenté par Gemma ;
Résumé : Huit heures du soir. Pour des millions d’humains, chacun dans sa case, dans le petit monde qu’il s’est créé ou qu’il subit, une journée bien déterminée s’achève, froide et brumeuse, celle du mercredi 3 février.
Pour René Maugras, il n’y a pas d’heure ni de jour et ce n’est que plus tard que la question du temps écoulé le tracassera. Il est encore tout au fond d’un trou aussi obscur que les abysses des océans, sans contact avec l’univers extérieur. Son bras droit, pourtant, à son insu, commence à s’agiter d’une façon spasmodique, cependant que sa joue se gonfle comiquement à chaque expiration.
  • Ciel d’Acier de Michel Moutot
    présenté par AnneSo ;
Résumé : Chalumeau en main, John LaLiberté, ironworker comme ses ancêtres, sectionne l’acier à la recherche de survivants. Les Twin Towers viennent de s’effondrer sous ses yeux. Depuis le premier rivet porté au rouge dans un brasero, jusqu’à la construction de la Liberty Tower, six générations de Mohawks ont bâti l’Amérique. La légende dit qu’ils n’ont pas le vertige. Peut-on apprendre à maîtriser sa peur ?
  • Anamnèse de Lady Star de L.L. Kloetzer
    présenté par Nicolas ;
Résumé : Un attentat à Islamabad a provoqué une pandémie terrifiante. Les trois quarts de la population mondiale ont disparu. L’arme utilisée : la bombe iconique. Les coupables ont été retrouvés, jugés et exécutés. Mais certains se sont échappés. Parmi eux, une femme, leur inspiratrice, leur muse. Sa simple existence est un risque : tant qu’elle vit, la connaissance menant à la bombe reste accessible. Elle a disparu, n’a laissé aucune trace, pas l’ombre d’une ombre. Des hommes disent pourtant l’avoir rencontrée : savants, soldats, terroristes, ermites… Ont-ils rêvé ? Voici le récit d’une enquête, de l’Asie à l’Europe, des terres dévastées jusqu’aux sociétés hypertechnologiques de l’après-catastrophe. Un jeu de piste, doublé d’une plongée dans les archives digitales de notre futur, avec le plus fou des enjeux : refermer la boîte de Pandore. Anamnèse de Lady Star a été récompensé par le prix du Lundi, le prix Rosny aîné et le Grand Prix de l’Imaginaire.
  • Une prière pour Owen de John Irving
    présenté par Rose ;
Résumé : Owen tue la mère de John, son meilleur ami, d’une balle de base-ball perdue. À onze ans, il se proclame instrument de Dieu, et grâce à lui, John devient chrétien. C’était avant Kennedy, la guerre du Vietnam et la prolifération de l’arme nucléaire. John se souvient de son ami d’enfance, et avec une nostalgie pleine de colère, d’une certaine Amérique, égocentrique et triomphante.

Sera à lire pour la prochaine rencontre :

Anamnèse de Lady Star de L.L. Kloetzer
présenté par Nicolas

 

Anamnèse de lady star

Résumé : Un attentat à Islamabad a provoqué une pandémie terrifiante. Les trois quarts de la population mondiale ont disparu. L’arme utilisée : la bombe iconique. Les coupables ont été retrouvés, jugés et exécutés. Mais certains se sont échappés. Parmi eux, une femme, leur inspiratrice, leur muse. Sa simple existence est un risque : tant qu’elle vit, la connaissance menant à la bombe reste accessible. Elle a disparu, n’a laissé aucune trace, pas l’ombre d’une ombre. Des hommes disent pourtant l’avoir rencontrée : savants, soldats, terroristes, ermites… Ont-ils rêvé ? Voici le récit d’une enquête, de l’Asie à l’Europe, des terres dévastées jusqu’aux sociétés hypertechnologiques de l’après-catastrophe. Un jeu de piste, doublé d’une plongée dans les archives digitales de notre futur, avec le plus fou des enjeux : refermer la boîte de Pandore. Anamnèse de Lady Star a été récompensé par le prix du Lundi, le prix Rosny aîné et le Grand Prix de l’Imaginaire.


La prochaine réunion :

Notre prochaine rencontre aura lieu au cours de la semaine du 29 mai au 2 juin 2017. Merci de nous donner vos disponibilités afin de faciliter la réservation du local pour la prochaine réunion.

Cliquez sur le lien suivant pour donner vos disponibilités : ICI.


Vous pouvez retrouver le fonctionnement du club de lecture : ICI. (Menu de gauche « FAQ »). N’hésitez pas à nous contacter via le blog ou la page Facebook si vous avez des questions.

À bientôt  !

Résumé par Cassiopée

État

Sortie Littéraire avril 2017

book35

Bonjour à tous !

Nous vous proposons une sortie littéraire sur Lille l’après-midi du samedi 8 avril 2017.

Au programme :

  • Faire un tour dans différentes librairies du centre (La Vieille Bourse, Croc’ Book, Oxfam, Les 4 chemins, etc.) ;

puis, pour conclure :

  • Se poser dans un café/salon de thé pour boire une boisson et prendre un gouter ou manger un morceau.

 

Pour changer un peu, nous vous proposons de commencer à Humeurs Noires 6 rue Mourmant à Lille (à côté de la rue Gambetta) afin de découvrir les librairies un peu excentrées. Puis nos pas se dirigerons vers le plein centre et les autres librairies que nous visitons d’habitude.

Rendez-vous à la librairie Humeurs Noires 6 rue Mourmant à Lille à 14h le samedi 8 avril 2017.

humeur noires

Merci d’indiquer dans les commentaires ci-dessous si vous venez, afin  que l’on puisse attendre tout le monde avant de commencer notre balade littéraire.

book135

À très bientôt !

Inscrits :

  • Cassiopée
  • Dawn
  • Gemma
  • Anne-Gaëlle
  • Sylvain
  • Kalev
  • Catherine
  • MrsTurner
  • Michel
État

62ème rencontre du club de lecture

Bonjour chers lecteurs !

Il est déjà temps de prendre note de notre 62ème rencontre du club de lecture Lille aux Livres !

On se donne rendez-vous le jeudi 13 avril 2017 à la librairie Les Quatre Chemins, à partir de 19h30.

Veillez à bien être à l’heure. Nous fermons la porte à 19h35 dorénavant. Ainsi, nous pourrons commencer plus tôt la réunion et avoir plus de temps pour pouvoir discuter de nos lectures.

Plan:

Capture2

Adresse : Librairie Les Quatre Chemins : 142 Rue de Paris, 59000 Lille

Métro : Mairie de Lille/ Rihour

C’est une location de salle, à 15€ de l’heure. Il faudra donc payer pour assister à la réunion. 3€ (entre 10 et 14 participants), et seulement 2€ si on est 15 participants ou plus.

S’il advient qu’il y ait un excédent, l’argent sera utilisé pour acheter des boissons ou des biscuits pour grignoter au cours de la réunion.
En effet, le lieu étant une librairie et non un café, on ne pourra pas acheter de boissons sur place. Cependant, vous avez le droit de ramener de quoi boire et manger. Bien entendu, il faudra garder la salle propre.

Merci beaucoup à la librairie Les Quatre chemins de nous avoir proposé l’endroit comme lieu de réunion et de nous faire confiance.

Au programme :

1°) Présentation des livres.

2°) Discussion autour de notre auteur choisi : Orhan Pamuk

 cropped-orhan-pamuk.jpg


Merci de bien vouloir vous inscrire pour cette prochaine rencontre, en indiquant dans les commentaires ci-dessous votre présence.

ATTENTION : Le nombre de places est limité à 18 personnes !
L’entrée est payante : 3€ par personne (ou 2€ à partir de 15 personnes)
Merci de nous tenir rapidement au courant en cas de désistement.

 14 inscrits – 4 places restantes

COMPLET Si vous êtes intéressés, faites-le nous savoir en commentaire, nous vous avertirons s’il y a des désistements. Merci de votre compréhension.

Personnes présentes :

  • Betty
  • Cassiopée
  • Sylvain
  • Olghir
  • Pumpkin
  • AnneSo
  • Gemma
  • Rose
  • Rémi
  • Morgane
  • Cathy
  • Nicolas
  • Catherine
  • Kim 

En attente si désistement :