Le magasin des suicides de Jean Teulé

Résumé de la 54 ème lecture commune du club de lecture Lille aux livres (13/06/16):

Le magasin des suicides de Jean Teulé

 

41ICN5b-wdL._SX303_BO1,204,203,200_

 

Quatrième de couverture:

Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort ! Imaginez un magasin où l’on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l’humeur sombre jusqu’au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre…

L’auteur : 

Jean Teulé est un romancier français qui a également pratiqué la bande dessinée, le cinéma et la télévision.

Cet auteur de bandes dessinées, qu’il élabore à partir de photographies retravaillées, débute à la télévision dans L’assiette anglaise de Bernard Rapp et à Nulle part ailleurs sur Canal+

Ayant abandonné toute autre activité, il se consacre en 1990 à l’écriture. Il a publié, aux Éditions Julliard, « Rainbow pour Rimbaud » (1991), « L’Œil de Pâques » (1992), « Ballade pour un père oublié » (1995), « Darling » (1998) et « Bord cadre » (1999), « Longues Peines », « Les Lois de la gravité », « Ô Verlaine! » (2004), « Je, François Villon » (2006), « Le Magasin des suicides » (2007) (adapté au cinéma par Francis Leconte en 2012), « Le Montespan » (2008), et enfin « Charly 9 », en 2011.

Son roman, « Fleur de Tonnerre », est paru aux éditions Julliard en mars 2013 et est adapté au cinéma en 2014.

L’avis du club : 

Les membres ont en général beaucoup aimé ce livre mais paradoxalement ont fait remarquer qu’ils en gardaient peu de souvenirs pour ceux qui l’avaient déjà lu il y a plusieurs années et n’en garderont pas un souvenir impérissable pour ceux qui venaient de le découvrir.

C’est surtout l’humour noir qui a plu aux lecteurs car le livre en lui-même est plus une accumulation de scénettes, une succession de tableaux plutôt qu’une vraie histoire. De ce fait, certains ont trouvé qu’il y avait un côté pas tout à fait abouti, voir un peu lourd.

Pourtant on notera la mine d’idée concernant les méthodes de suicides très inventifs et bourré d’humour ainsi que de jolis passages comme la scène du foulard.

Le trait un peu forcé et le style « ampoulé »  a pu sembler lourd à certains lecteurs.

Dans ce livre il y a un contraste entre Allan, personnage lumineux, souriant et le reste des protagonistes qui sont sombres et déprimés. Les lecteurs ont eu une impression de « noir et blanc » et puis il y avait cette petite tâche de couleur qui s’étend peu à peu : Allan. Pourtant son point de vue n’est pas développé. On ne découvre Allan qu’à travers les yeux de sa famille.

Le monde est décrit par à coup. On sait peu de chose sur l’extérieur. On peut le voir comme un livre de SF déguisé.

Chacun s’accorde à dire que le magasin des suicides est un personnage en lui-même.

C’est la fin qui à fait débat. Si certains ont aimé, d’autres l’ont désapprouvé.  Chacun ayant sa propre interprétation y voyant une image positive ou au contraire pessimiste.

L’adaptation cinématographique a été évoquée. Le côté graphique a été mis en avant, le scénario ayant été trop modifié selon les membres qui l’avait vu.

 

Afficher l'image d'origine

Publicités

Ce que j'en pense ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s