État

56ème rencontre du club de lecture

Bonjour chers lecteurs !

Il est déjà temps de prendre note de notre 56ème rencontre du club de lecture Lille aux Livres !

On se donne rendez-vous le mardi 27 septembre 2016 à la librairie Les Quatre Chemins, à partir de 19h30.

Plan:

Capture2

Adresse : Librairie Les Quatre Chemins : 142 Rue de Paris, 59000 Lille

Métro : Marie de Lille/ Rihour

C’est une location de salle, à 15€ de l’heure. Il faudra donc payer pour assister à la réunion. 3€ (entre 10 et 14 participants), et seulement 2€ si on est 15 participants ou plus.

S’il advient qu’il y ait un excédant, l’argent sera utilisé pour acheter des boissons ou des biscuits pour grignotter au cours de la réunion.
En effet, le lieu étant une librairie et non un café, on ne pourra pas acheter de boissons sur place. Cependant, vous avez le droit de ramener de quoi boire et manger. Bien entendu, il faudra garder la salle propre.

Merci beaucoup à la librairie Les Quatre chemins de nous avoir proposé l’endroit comme lieu de réunion et de nous faire confiance.

 

Au programme :

1°) Présentation des livres, puis on va voter pour choisir notre prochaine lecture commune.

2°) Discussion autour de notre lecture commune: Les pierres sauvages de Fernand Pouillon :

pierres_sauvages


Merci de bien vouloir vous inscrire pour cette prochaine rencontre, en indiquant dans les commentaires ci-dessous votre présence.

ATTENTION : Le nombre de places est limité à 18 personnes !

ATTENTION  : Dorénavant, l’entrée est payante :
3€ par personne (ou 2€ à partir de 15 personnes)
À payer à l’arrivée !

Merci de nous tenir rapidement au courant en cas de désistement.

16 inscrits – 2 places restantes

(Si vous êtes intéressés et que c’est complet, faites-le nous savoir en commentaire, nous vous avertirons s’il y a des désistements. Merci de votre compréhension.)

Personnes présentes :

Smo’e

  • Betty
  • Cassiopée
  • Marie
  • Anne
  • AnneSo
  • Tiphaine
  • Ben
  • Véronique
  • Cathy
  • Ali
  • Sylvain
  • Simone
  • Rose
  • Olghir
  • Oscar
  • Nicolas
État

Résumé de la 55ème réunion du club de lecture

Résumé de la 55ème rencontre du club de lecture Lille aux livres

du mardi 30 août 2016 !

 

Pour cette réunion du mois de mars nous étions 15 à nous retrouver à la librairie Les Quatre Chemins !

 

1/ Présentation des livres :

Le chardonneret de Danna Tartt
Éditions Pocket, 1296 pages, 11.40€, présenté par Cathy ;

C’est un minuscule tableau de maître. Un oiseau fascinant. Inestimable.
La raison pour laquelle Theo Decker, 13 ans, s’est retrouvé en possession de ce chef-d’œuvre de l’art flamand est une longue histoire… Un hasard qui, huit ans après ce jour tragique de pluie et de cendres à New York, l’obsède toujours autant. Des salons huppés de Manhattan aux bas-fonds mafieux d’Amsterdam ou de Las Vegas, Le Chardonneret surveille l’effroyable descente aux enfers de Theo et préside à son étrange destin…

Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski
Éditions Folio, 992 pages, 12.50€ présenté par Patrick ;

Au bout de dix heures de combat, quand j’ai vu la flotte du Chah flamber d’un bout à l’autre de l’horizon, je me suis dit : «Benvenuto, mon fagor, t’as encore tiré tes os d’un rude merdier». Sous le commandement de mon patron, le podestat Leonide Ducatore, les galères de la République de Ciudalia venaient d’écraser les escadres du Sublime Souverain de Ressine. La victoire était arrachée, et je croyais que le gros de la tourmente était passé. Je me gourais sévère. Gagner une guerre, c’est bien joli, mais quand il faut partager le butin entre les vainqueurs, et quand ces triomphateurs sont des nobles pourris d’orgueil et d’ambition, le coup de grâce infligé à l’ennemi n’est qu’un amuse-gueule. C’est la curée qui commence. On en vient à regretter les bonnes vieilles batailles rangées et les tueries codifiées selon l’art militaire. Désormais, pour rafler le pactole, c’est au sein de la famille qu’on sort les couteaux. Et il se trouve que les couteaux, justement, c’est plutôt mon rayon…

– Je suis Pilgrim de Terry Hayes
Éditions Le Livre de Poche, 912 pages, 8.90€ présenté par Véronique ;

Une jeune femme assassinée dans un hôtel sinistre de Manhattan. Un père décapité en public sous le soleil cuisant d Arabie Saoudite. Un chercheur torturé devant un laboratoire syrien ultrasecret. Un complot visant à commettre un effroyable crime contre l’humanité. Et en fil rouge, reliant ces événements, un homme répondant au nom de Pilgrim. Pilgrim est le nom de code d un individu qui n existe pas officiellement. Il a autrefois dirigé une unité d élite des Services secrets américains. Avant de se retirer dans l anonymat le plus total, il a écrit le livre de référence sur la criminologie et la médecine légale. Mais son passé d agent secret va bientôt le rattraper…
Un thriller d espionnage exceptionnel, mélange de Homeland et de la trilogie Jason Bourne. Attention frissons garantis.

 

Léviatemps de Maxime Chattam
Éditions Pocket, 576 pages, 8.50€, présenté par Sylou ;

Paris, 1900. L’Exposition universelle bat son plein. Mais loin des artères lumineuses, au cœur de la ville, c’est un sang noir qui bat au diapason. Et coule inexorablement, au rythme des crimes commis par un tueur… diabolique.
Plusieurs filles de joie, déjà, en ont été victimes. Choqué par l’immobilisme de la police, l’écrivain Guy de Timée arpente les rues sordides, et même les égouts, dans sa traque insensée du monstre. Chaque minute compte… et tue.

Le roman de la momie de Theophile Gautier
Éditions 84, 157 pages, 2€ présenté par Betty;

Non loin du Nil, dans la vallée des Rois, un jeune lord anglais et un égyptologue allemand découvrent un tombeau inviolé. Ils y trouvent la momie d’une jeune reine, merveilleusement conservée et d’une beauté saisissante. A ses côtés, un papyrus raconte l’histoire de cette jeune fille et de ses amours, au temps de Pharaon. Ce récit trouble à jamais le jeune lord Evendale. Publié en feuilleton à partir de 1857. Le Roman de la momie reconstitue, dans la veine orientalisante de l’époque, la splendeur de la civilisation du Nil et les aventures du peuple hébreu.

Stalker de Arkadi et Boris Strougatski
Éditions Folio, 320 pages, 7.70€, présenté par Nicolas;

Des Visiteurs sont venus sur Terre. Sortis d’on ne sait où, ils sont repartis sans crier gare. Dans la Zone qu’ils ont occupée sans jamais interagir avec les hommes, ils ont abandonné des objets de toutes sortes. Objets-pièges. Objets-bombes. Objets-miracles. Objets que les stalkers viennent piller au péril de leur vie, comme une bande de fourmis coloniserait, sans rien y comprendre, les détritus abandonnés par des pique-niqueurs au bord d’un chemin. Adapté au cinéma en 1979 par Andreï Tarkovski, Stalker ou Pique-nique au bord du chemin est le chef-d’oeuvre des frères Strougatski. Un roman qui a eu un tel impact sur le XXe siècle, que c’est sous le surnom de stalkers qu’on connaît désormais les hommes et les femmes qui ont étouffé le coeur du réacteur en fusion de Tchernobyl, entre le 26 avril et le 16 mai 1986.

Anne… La maison aux pignons verts de Lucy Maud Montgomery
Éditions Leduc.s, 480 pages, 14.90€, présenté par Cassiopée ;

Sur le quai de la gare, Matthew attend l’orphelin qui les aidera, sa sœur Marilla et lui, sur leur ferme. Mais c’est une rouquine aux yeux pétillants qui se présente… Extrêmement attachante, Anne va rapidement séduire son entourage par son courage, sa détermination et sa débrouillardise.
S’amuser de la magie des mots, rire de ses propres défauts (ah, ces cheveux roux !), s’émerveiller face à la nature… Voici un roman feelgood inoubliable, plein de malice.

–  Gourmandise de Muriel Barbery
Éditions Folio, 176 pages, 6.50€, présenté par Oscar ;

C’est un vieil homme qui s’éteint, péniblement alité. Pas n’importe quel homme, mais le plus grand critique gastronomique du monde, qui est parvenu à hausser un art mineur au rang des plus prestigieux, a fait et défait des réputations. Après quelques décennies de boustifailles, d’agapes, « des flots de vin, d’alcools en tout genre, après une vie dans le beurre, la crème, la sauce, la friture, l’excès à toute heure », le vieil homme tire sa révérence, rend son tablier, sa plume. Ce n’est rien, sinon qu’in extremis « une seule chose importe » : le souvenir d’une saveur, « vérité première et ultime de toute une vie ». Quelque chose qui lui échappe. Quelque chose d’originel et de merveilleux. Une saveur oubliée, nichée au fond de la mémoire. Il cherche et il ne trouve pas.
La quête de cette saveur, qui pourrait bien être une gourmandise, tout au bout de la vie, est l’occasion de retracer pour le vieil homme l’itinéraire d’une existence vouée à la gastronomie. Un itinéraire tantôt dessiné dans la complaisance ou l’humilité tardive, tantôt redessiné sans concession par les proches de ce pape de la cuisine, les uns après les autres, et toujours à la première personne. Roman à plusieurs voix donc, en une langue parfumée et savoureuse, brossant le portrait d’un homme et le bilan complexe d’une vie à la fois faite de générosité et d’égoïsme. Pour un premier roman, Muriel Barbery réussit là un coup de maître.

Mr Gwyn de Alessandro Baricco
Éditions Folio, 224 pages, 7.10€, présenté par Ben ;

– Je crois que j’aimerais être copiste. – Cela consiste à copier des choses, non ? – Probablement. – Mais pas des actes notariés ou des chiffres, je vous prie. – J’essaierai d’éviter. – Essayez de voir si vous ne pouvez pas par exemple copier les gens. – Oui.- Tels qu’ils sont. – Oui. – Vous y arriverez très bien. Qu’est-ce qu’un artiste ? Alessandro Baricco nous invite à suivre le parcours de Mr Gwyn, entre badinage et aventures cocasses. Un roman intrigant et brillant.

A silent Voice de OIMA Yoshitoki – OHIMA Yoshitoki
Éditions Ki-oon, 208 pages, 6.60€, présenté par Marie ;

Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule.
Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible.
Psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes… jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école. À cet instant, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusque-là ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable…

Le bal des Louves de Mireille Calmel
Éditions Pocket, 352 pages, 6.95€, présenté par Anne ;

Décembre 1500. Au pied des remparts du château de Montguerlhe, gît une jeune fille. Parce qu’elle était trop belle et qu’elle s’est refusée à lui, le seigneur François de Chazeron a fait pendre son mari, l’a violée, battue, marquée au fer rouge. Puis il l’a fait jeter aux loups.
Mais les loups ne la toucheront pas. Elle est des leurs.
Cachée dans la forêt, à la tête de sa meute, Isabeau n’a qu’un seul mot à l’esprit : vengeance !

Sera à lire pour la prochaine rencontre :

Les pierres sauvages de Fernand Pouillon
Éditions Point, 271 pages, 7.30€, présenté par Anneso ;

 

pierres_sauvages

Dans les murs de l’abbaye du Thoronet vibrent à jamais le génie et la foi. Un moine bâtisseur construisit, au XIle siècle, ce chef-d’œuvre cistercien. Son journal de bord raconte les difficultés techniques infinies, la faiblesse et le courage des hommes, et aussi les doutes qui l’assaillent. Il partage ses angoisses, ses réflexions, et s’émerveille de la rencontre scellée entre l’art et Dieu.

La prochaine réunion :

La prochaine réunion aura lieu la semaine du 26 au 30 septembre 2016. Merci de donner vos disponibilités sur le doodle suivant : ICI.

Vous pouvez retrouver le fonctionnement du club de lecture : ICI. (Menu de gauche « FAQ »). N’hésitez pas à nous contacter via le blog ou la page facebook si vous avez des questions.

À bientôt  !

Résumé par Cassiopée

Le magasin des suicides de Jean Teulé

Résumé de la 54 ème lecture commune du club de lecture Lille aux livres (13/06/16):

Le magasin des suicides de Jean Teulé

 

41ICN5b-wdL._SX303_BO1,204,203,200_

 

Quatrième de couverture:

Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort ! Imaginez un magasin où l’on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l’humeur sombre jusqu’au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre…

L’auteur : 

Jean Teulé est un romancier français qui a également pratiqué la bande dessinée, le cinéma et la télévision.

Cet auteur de bandes dessinées, qu’il élabore à partir de photographies retravaillées, débute à la télévision dans L’assiette anglaise de Bernard Rapp et à Nulle part ailleurs sur Canal+

Ayant abandonné toute autre activité, il se consacre en 1990 à l’écriture. Il a publié, aux Éditions Julliard, « Rainbow pour Rimbaud » (1991), « L’Œil de Pâques » (1992), « Ballade pour un père oublié » (1995), « Darling » (1998) et « Bord cadre » (1999), « Longues Peines », « Les Lois de la gravité », « Ô Verlaine! » (2004), « Je, François Villon » (2006), « Le Magasin des suicides » (2007) (adapté au cinéma par Francis Leconte en 2012), « Le Montespan » (2008), et enfin « Charly 9 », en 2011.

Son roman, « Fleur de Tonnerre », est paru aux éditions Julliard en mars 2013 et est adapté au cinéma en 2014.

L’avis du club : 

Les membres ont en général beaucoup aimé ce livre mais paradoxalement ont fait remarquer qu’ils en gardaient peu de souvenirs pour ceux qui l’avaient déjà lu il y a plusieurs années et n’en garderont pas un souvenir impérissable pour ceux qui venaient de le découvrir.

C’est surtout l’humour noir qui a plu aux lecteurs car le livre en lui-même est plus une accumulation de scénettes, une succession de tableaux plutôt qu’une vraie histoire. De ce fait, certains ont trouvé qu’il y avait un côté pas tout à fait abouti, voir un peu lourd.

Pourtant on notera la mine d’idée concernant les méthodes de suicides très inventifs et bourré d’humour ainsi que de jolis passages comme la scène du foulard.

Le trait un peu forcé et le style « ampoulé »  a pu sembler lourd à certains lecteurs.

Dans ce livre il y a un contraste entre Allan, personnage lumineux, souriant et le reste des protagonistes qui sont sombres et déprimés. Les lecteurs ont eu une impression de « noir et blanc » et puis il y avait cette petite tâche de couleur qui s’étend peu à peu : Allan. Pourtant son point de vue n’est pas développé. On ne découvre Allan qu’à travers les yeux de sa famille.

Le monde est décrit par à coup. On sait peu de chose sur l’extérieur. On peut le voir comme un livre de SF déguisé.

Chacun s’accorde à dire que le magasin des suicides est un personnage en lui-même.

C’est la fin qui à fait débat. Si certains ont aimé, d’autres l’ont désapprouvé.  Chacun ayant sa propre interprétation y voyant une image positive ou au contraire pessimiste.

L’adaptation cinématographique a été évoquée. Le côté graphique a été mis en avant, le scénario ayant été trop modifié selon les membres qui l’avait vu.

 

Afficher l'image d'origine

État

55ème rencontre du club de lecture

Bonjour chers lecteurs !

Il est déjà temps de prendre note de notre 55ème rencontre du club de lecture Lille aux Livres !

On se donne rendez-vous le mardi 30 août 2016 à la librairie Les Quatre Chemins, à partir de 19h30.

Plan:

Capture2

Adresse : Librairie Les Quatre Chemins : 142 Rue de Paris, 59000 Lille

Métro : Marie de Lille/ Rihour

C’est une location de salle, à 15€ de l’heure. Il faudra donc payer pour assister à la réunion. 3€ (entre 10 et 14 participants), et seulement 2€ si on est 15 participants ou plus.

S’il advient qu’il y ait un excédant, l’argent sera utilisé pour acheter des boissons ou des biscuits pour grignotter au cours de la réunion.
En effet, le lieu étant une librairie et non un café, on ne pourra pas acheter de boissons sur place. Cependant, vous avez le droit de ramener de quoi boire et manger. Bien entendu, il faudra garder la salle propre.

Merci beaucoup à la librairie Les Quatre chemins de nous avoir proposé l’endroit comme lieu de réunion et de nous faire confiance.

 

Au programme :

1°) Présentation des livres, puis on va voter pour choisir notre prochaine lecture commune.

2°) Discussion autour de notre lecture commune: Le sentier des astres, tome 1 : Manesh de Stefan Platteau :

cropped-les-sentiers-des-astres-tome-1.jpg


Merci de bien vouloir vous inscrire pour cette prochaine rencontre, en indiquant dans les commentaires ci-dessous votre présence.

ATTENTION : Le nombre de places est limité à 16 personnes !

ATTENTION  : Dorénavant, l’entrée est payante :
3€ par personne (ou 2€ à partir de 15 personnes)
À payer à l’arrivée !

Merci de nous tenir rapidement au courant en cas de désistement.

15 inscrits – 1 place restante

COMPLET

(Si vous êtes intéressés et que c’est complet, faites-le nous savoir en commentaire, nous vous avertirons s’il y a des désistements. Merci de votre compréhension.)

Personnes présentes :

  • Marie
  • Cassiopée
  • Anne
  • Betty
  • Cathy
  • AnneSo
  • Ptyx
  • Tiphaine W.
  • Rose
  • Ben
  • Olghir (Patrick)
  • Oscar
  • Sylvain
  • Anne Gaëlle
  • Sylou
  • Nicolas
  • Véronique
État

Sortie littéraire

book35

Bonjour à tous !

Nous vous proposons une sortie littéraire sur Lille le samedi après-midi 30 juillet 2016.

Au programme :

  • Faire un tour dans différentes librairies du centre (La vieille bourse, Croc’ Book, Oxfam, Les 4 chemins, etc.) ;

et enfin terminer par :

  • Se poser dans un café/salon de thé pour boire une boisson et manger un goûter.

Rendez-vous au rez-de-chaussée du Furet du Nord de la Grand Place de Lille à 14h le samedi 30 juillet.

Merci d’indiquer dans les commentaires ci-dessous si vous venez, afin  que l’on puisse attendre tout le monde avant de commencer notre balade littéraire.

book135

À très bientôt !

Inscrits :

  • Cassiopée
  • Marie
  • Anne
  • Betty
  • Anne-Gaëlle
  • Rose
  • Lilith
  • Fabien
  • Jonathan
État

Résumé de la 54ème réunion du club de lecture

Résumé de la 54ème rencontre du club de lecture Lille aux livres

du lundi 13 juin 2016 !

 

Pour cette réunion du mois de mars nous étions 12 à nous retrouver à la librairie Les Quatre Chemins !

Il y a eu beaucoup de désistement de dernière minute, donc n’oubliez pas de consulter régulièrement le blog ou les réseaux sociaux pour vous tenir au courant lorsque des places se libèrent au dernier moment.

 

1/ Bienvenue :

Nous avons le plaisir de vous annoncer qu’une nouvelle vient de rejoindre l’équipe de Lille aux Livres : Betty. Habituée du club de lecture, elle a gentiment accepté de rejoindre l’équipe afin de remplacer Dawn qui prendra une petite pause du club à partir de cet été.

2/ Présentation des livres :

La malédiction des anges, tome 1 de Danielle Trussoni
Éditions Pocket, 672 pages, 8.95€, présenté par Maia ;

À l’âge de 12 ans, Évangéline est placée dans un couvent au nord de New York. Elle y apprend jour après jour l’obéissance et la dévotion. Mais à 23 ans, son quotidien est bouleversé par la découverte d’une lettre datée de 1943. Cette missive envoyée il y a plus d’un demi-siècle révèle l’existence d’un conflit vieux de mille ans qui oppose des spécialistes des anges, les angéologues, aux Nephilim, des êtres hybrides nés de l’union de femmes humaines et d’anges déchus. Ces Nephilim, dont la beauté extérieure n’a d’égale que la noirceur d’âme, poursuivent un seul dessein : régner en maîtres sur la Terre. Depuis des siècles, des générations d’angéologues agissent dans l’ombre pour contrecarrer leurs plans et se tenir prêts à les affronter le jour où ils lanceront l’assaut. Ce jour approche…

Le potentiel érotique de ma femme de David Foenkinos
Éditions Folio, 192 pages, 6.50€ présenté par Priscilla ;

 » On dit souvent qu’il existe des hommes à femmes, on peut considérer qu’Hector est un homme à objets. Bien loin de comparer la femme à l’objet, nous notons toutefois d’évidentes similitudes, et les angoisses de notre héros pourront se refléter dans les angoisses des infidèles, et de tous les hommes transpercés par la rareté féminine.  » Après avoir collectionné, entre autres, les piques apéritif, les badges de campagne électorale, les peintures de bateaux à quai, les pieds de lapin, les cloches en savon, les bruits à cinq heures du matin, les dictons croates, les boules de rampe d’escalier, les premières pages de roman, les étiquettes de melon, les œufs d’oiseaux, les moments avec toi, les cordes de pendu, Hector est tombé amoureux et s’est marié. Alors, il s’est mis à collectionner sa femme.

Le puits de Ivan Repila
Éditions 10/18, 123 pages, 6.10€ présenté par Nicolas ;

Deux frères, le Grand et le Petit, sont prisonniers au fond d’un puits de terre, au milieu d’une forêt. Ils tentent de s’échapper, sans succès. Les loups, la soif, les pluies torrentielles : ils survivent à tous les dangers. A leurs côtés, un sac de victuailles donné par la mère, mais ils ont interdiction d’y toucher. Jour après jour, le Petit s’affaiblit. S’il doit sauver son frère, le Grand doit risquer sa vie. Le Petit sortira-t-il ? Le Grand survivra-t-il ? Comment surtout se sont-ils retrouvés là ? Le Puits est un conte brutal à la fin cruelle et pleine d’espoir. Une fable sur l’amour fraternel, la survie et la vengeance, un roman «qui a mérité sa place au panthéon des Jules Verne, Alain-Fournier et autres Antoine de Saint-Exupéry, selon Zoé Valdés. Un roman indispensable, alors que beaucoup d’entre nous avions déjà annoncé la défaite de l’imagination contre la quotidienneté médiocre et étriquée».

 

Spin, tome 1 de Robert Charles Wilson
Éditions Folio, 624 pages, 9.20€, présenté par Anne-Gaëlle ;

La vie de Tyler Dupree est inextricablement liée à celle des jumeaux Lawton, Diane et Jason. Ils étaient ensemble la nuit où la Terre a été coupée du reste de l’univers par une mystérieuse barrière opaque à l’extérieur de laquelle le temps s’écoule des millions de fois plus vite. Il ne reste donc plus que quelques décennies avant que le Soleil ne transforme la Terre en une boule de feu, exterminant ainsi l’humanité. Jason n’a alors plus qu’un but dans la vie : comprendre pourquoi et par qui la barrière a été installée. Spin est un roman de science-fiction vertigineux qui réussit le pari de nous transporter dans un futur lointain qui reste familier. Une réussite couronnée aux Etats-Unis par la plus haute distinction de la science-fiction, le prix Hugo, et en France par le Grand Prix de l’Imaginaire.

Freakonomics de Steven D. Levitt
Éditions Folio, 352 pages, 8.20€ présenté par Ben ;

Quel lien entre la législation de l’avortement et la baisse de la criminalité aux États-Unis ? Quelles sont les vraies motivations des agents immobiliers ? Pourquoi les revendeurs de drogue vivent-ils plus longtemps chez leur mère ? L’économie, vue sous cet angle, incongru en apparence, mais qui est celui de la plus sérieuse rationalité des agents, des comportements, des causes et effets, traite de sujets peu conventionnels. Elle a reçu un nom : freakonomics, ou  » économie saugrenue « . Elle jette une lumière de biais sur le désordre des événements ; elle met à nu des a priori à prétention de scientificité irréfutable ; elle transforme notre regard sur le monde globalisé, qui nous apparaît, pour finir, moins impénétrable et incompréhensible.

La nuit des temps de René Barjavel
Éditions Pocket, 416 pages, 7.40€, présenté par Anne ;

L’Antarctique. À la tête d’une mission scientifique française, le professeur Simon fore la glace depuis ce qui semble une éternité. Dans le grand désert blanc, il n’y a rien, juste le froid, le vent, le silence.
Jusqu’à ce son, très faible. À plus de 900 mètres sous la glace, quelque chose appelle. Dans l’euphorie générale, une expédition vers le centre de la Terre se met en place.
Un roman universel devenu un classique de la littérature mêlant aventure, histoire d’amour et chronique scientifique.

Le lézard lubrique de Melancholy Cove de Christopher Moore
Éditions Folio, 432 pages, 8.40€, présenté par Oscar ;

Il se passe quelque chose dans la morne station balnéaire de Melancholy Cove. On y trouve, pour un cocktail détonant, un flic qui se console de l’être en tirant sur des joints, une schizophrène ex-actrice de films de série Z postapocalyptiques réfugiée dans une caravane, un joueur de blues poursuivi par un monstre marin dont il a tué le petit quarante années plus tôt, une psy qui ne donne plus à ses malades que des placebos, un pharmacien lubrique ne rêvant que d’accouplements avec des dauphins, une femme qui se pend, des gens qui disparaissent… Une seule certitude : tous ont la libido qui explose. Tous sans le savoir sont sous le signe du lézard…

–  La bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina Bivald
Éditions J’ai Lu, 512 pages, 8€, présenté par Marie ;

Tout commence par un échange de lettres sur la littérature et la vie entre deux femmes que tout oppose : Sara Lindqvist, jeune Suédoise de vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, et Amy Harris, vieille dame cultivée de Broken Wheel, dans l’Iowa. Lorsque Sara perd son travail de libraire, son amie l’invite à venir passer des vacances chez elle. A son arrivée, une malheureuse surprise l’attend : Amy est décédée. Seule et déboussolée, Sara choisit pourtant de poursuivre son séjour à Broken Wheel et de redonner un souffle à cette communauté attachante et un brin loufoque… grâce aux livres, bien sûr.

– La Terre Chinoise de Pearl Buck
Éditions Le Livre de Poche, 381 pages, 6.10€, présenté par Cassiopée ;

Deuxième roman de Pearl Buck, prix Nobel 1938 de Littérature, La Terre chinoise retrace la vie et les mœurs de la Chine rurale du xixe siècle.
Au côté de son mari Wang Lung, O-Len, jeune femme taciturne et courageuse, tout entière dévouée aux siens et à son devoir, domine l’histoire tragique d’une famille chinoise aux prises avec la misère, la famine et les guerres qui ravagent l’immense pays.
Un grand roman, une figure inoubliable.

Pêcheur d’Islande de Pierre Loti
Éditions Le Livre de Poche, 219 pages, 4.60€, présenté par Betty ;

Entre Gaud, fille d’un gros commerçant de Paimpol, et Yann, le pêcheur, il y a bien des obstacles : la différence des conditions et des fortunes, bien sûr ; mais aussi la timidité farouche du jeune homme, de ceux qu’on nomme les  » Islandais  » parce que, chaque année, leurs bateaux affrontent, durant des semaines, les tempêtes et les dangers de la mer du Nord. C’est l’histoire d’un amour longtemps jugé impossible que nous conte ce roman, publié en 1886, et depuis lors redécouvert et admiré par plusieurs générations. Mais c’est surtout un grand drame de la mer, et l’une des expressions les plus abouties de ce thème éternel. Marin lui-même, Pierre Loti y déploie une poésie puissante, saisissante de vérité, pour dépeindre la rude vie des pêcheurs, l’âpre solitude des landes bretonnes, le départ des barques, la présence fascinante et menaçante de l’Océan.

Sera à lire pour la prochaine rencontre :

Les sentiers des astres, tome 1 : Manesh de Stéphane Platteau
Éditions J’ai Lu, 736 pages, 9.90€, présenté par Dawn ;

 

Les sentiers des astres tome 1

Quelque part dans la forêt de Vyanthryr réside le Roi-Diseur, l’oracle légendaire. Dernier espoir d’une nation ravagée par la guerre civile, le capitaine Rana remonte le fleuve à sa recherche, entraînant dans sa quête une poignée de braves. Personne n’a jamais navigué si loin en amont, à des milles de toute civilisation. Et pourtant, voilà qu’un naufragé dérive à leur rencontre, accroché à une simple branche. Qui est-il, et que lui est-il arrivé ? Lui qui se fait appeler « le Bâtard », est-il un simple humain, ou l’héritier d’un sang plus ancien ? En ces terres du Nord, les géants et les dieux marchent encore sous les arbres. Déjà, la forêt frémit des prémices de leur colère…

La prochaine réunion :

La prochaine réunion aura lieu la semaine du 22 au 28 août 2016. Merci de donner vos disponibilités sur le doodle suivant : ICI.

Vous pouvez retrouver le fonctionnement du club de lecture : ICI. (Menu de gauche « FAQ »). N’hésitez pas à nous contacter via le blog ou la page facebook si vous avez des questions.

À bientôt  !

Résumé par Cassiopée

État

Les dossiers Dresden – Tome 1 : Avis de tempête de Jim Butcher

Résumé de la 53 ème lecture commune du club de lecture Lille aux livres (01/03/16):

Les dossiers Dresden – Tome 1 : Avis de tempête  de Jim Butcher

Les dossiers de dresden1

 

Quatrième de couverture:

Tous les bons magiciens s’appellent Harry, et Harry Dresden est le meilleur. Techniquement, c’est même le seul dans sa  » catégorie  » : lorsque la police de Chicago est sur une affaire qui la dépasse, c’est vers lui qu’elle se tourne. Car notre monde regorge de choses étranges et magiques… et la plupart ne s’entendent pas très bien avec les humains. La magie, ça vous flingue un gars en moins de deux !

L’auteur :

Jim Butcher, né le 26 octobre 1971 à Independence dans le Missouri, est un écrivain américain.
Il fait partie de la New York Times Best Seller list, pour sa série de livres de fantasy contemporaine Les Dossiers Dresden. Il est également l’auteur de la série Codex Alera.

L’avis du club : 

C’est en petit comité que le club s’est réuni autour de la lecture commune du premier tome des dossiers Dresden.

Cette lecture, considérée comme « détente » n’a cependant pas provoqué l’enthousiasme. Plusieurs lecteurs ont dit avoir mis trop de temps pour le lire et s’y plonger sans réelle envie.

L’histoire en elle-même est sympathique. L’action est présente tout le long cependant les lecteurs en auraient préféré un peu moins et que l’auteur creuse un peu plus son univers.  En effet, bien qu’intéressant, grâce entre autre à la manière originale de faire de la magie avec tout et n’importe quoi , on sent que l’auteur pose seulement des bases et des pistes qui annoncent d’emblée une suite.

Les membres auraient souhaité  que le décor et le cadre soient plus développés. Ce manque de détail fait dire à plusieurs lecteurs qu’ils ne liront pas la suite. Il manque un petit quelque chose pour les accrocher complètement.

Dans ce tome, on se doute du coupable dès le début aussi, l’intérêt réside dans le fait de savoir comment Dresden va faire pour l’arrêter.

Le personnage en lui-même n’est pas assez travaillé. Sans doute l’auteur a fait ce choix pour permettre de le développer par la suite mais cette insuffisance déléments, ce côté très vague a  fait que les lecteurs ne se sont pas attachés au héros .

Les lecteurs ont constaté aussi que si Harry avoue n’avoir tué qu’une seule personne, il y a tout de même beaucoup de morts autour de lui. De plus, alors qu’il est dans la tempête on ne s’inquiète pas pour lui, on ne le sent pas investi. Il trouve (trop ?) rapidement la solution et n’est pas rancunier.

Ce personnage casse un peu le mythe du héros parfait. Il a la tentation de passer du côté obscur, cependant il résiste et il s’en sort toujours quand même.

Il y a beaucoup de personnages secondaires mais encore une fois ils ne sont pas assez creusés. Notamment Morgan qui est toujours derrière Dresden sans que l’on sache vraiment pourquoi.

Le style d’écriture ne se démarque pas plus que cela. Il est simple voir fade pour certains lecteurs. C’est quelque chose de léger qui se laisse lire sans pour autant laisser un souvenir impérissable.

C’est l’humour plus que l’écriture qui fait l’ intérêt du livre.

C’est donc une lecture qui a permis de passer un agréable moment grâce à l’humour et à sa simplicité mais qui ne donne pas envie de s’attarder sur l’univers de ce sorcier particulier.

NB : Une série télévisée inspirée des livres a été tournée. Les lecteurs s’accordent à dire que cela s’y prête bien.